Swiss replica watches uk has also rolex replica been able to return to the consumer's vision, but also for the swiss replica watches revival of the Swiss mechanical watch A certain breitling replica basis.
 Les mesures agro-environnementales et climatiques (MAEc) en Camargue | Pôle-relais lagunes méditerranéennes

Les mesures agro-environnementales et climatiques (MAEc) en Camargue

Retour sur la campagne de contractualisation 2015

Date de publication : 19/02/2016

La Camargue est marquée par une forte imbrication entre espace cultivé et espace naturel, qui sont intimement interconnectés par la gestion omniprésente de l’eau.
Depuis plus de 20 ans, des mesures agro-environnementales ont été proposées par le Parc naturel régional de Camargue aux agriculteurs camarguais pour les accompagner vers des pratiques plus respectueuses de l’environnement et de la biodiversité.
 
En 2015, le Parc naturel régional a mis en place pour 5 ans, une nouvelle campagne de Mesures Agro- Environnementales et climatiques (MAEc), instaurées dans le cadre de la Politique Agricole Commune (PAC).
Cette campagne conçue en concertation a pris en compte les spécificités du territoire autant que faire se peut : la fragilité des zones humides, la crise actuelle du riz, la valorisation des savoirs écologiques paysans.
 
Ces mesures ne sont pas des aides systématiques mais des compensations à des surcoûts et des manques à gagner générés par l’introduction volontaire dans les exploitations, d’actions qui concilient agriculture, élevage et environnement : préservation de la diversité végétale et biologique, diminution du recours aux pesticides chimiques …
 
Pour cette nouvelle campagne, le périmètre s’étend au-delà du Parc et des sites Natura 2000 dans le souci de rattacher l’ensemble de la production rizicole de Provence-Alpes-Côte-d’Azur au territoire camarguais.
 
Au total, ce sont 517 engagements différents valables 5 ans,  qui ont été déposés par 216 exploitations dont la majorité se situe dans le delta du Rhône.

 

Les MAEc pâturage

A destination des éleveurs, les MAEc pâturage proposent un nombre de bêtes selon la surface.
La mesure pâturage extensif a été la plus choisie (28,2 %) car c’est elle qui impose un taux de chargement en bétail le moins contraignant et qui correspond à celui demandé dans le cahier des charges de l’AOP Taureau de Camargue.
  
 


 

Les MAEc entretien des milieux

Il s’agit là des MAEc pour les haies, les roselières, les fossés ou les ripisylves. Ces zones frontières sont des espaces biologiques précieux car riches en nourriture ou abris pour un grand nombre d’animaux. Dans cette famille, ce sont les mesures encourageant l’entretien de tout type de fossé qui ont été sélectionnées en majorité (98,1 %).
  
 

 

Les MAEc riz

Pour soutenir les riziculteurs dans la crise qu’ils traversent, le Parc a proposé toute une série de mesures riz qui, à elles seules, représentent prés de la moitié des propositions du PAEc (appel à projets agro-environnementaux et climatiques). 48,6 % des exploitations ont choisi les mesures d’années supplémentaires de riz. (voir Exemples de MAEc)
 

Les MAEc arboriculture – viticulture

Peu d’exploitations ont souscrit ces mesures qui concernent les arbres fruitiers et la vigne.

 

Deux exemples de MAEc

L(es)’année(s) de riz supplémentaire(s)

Le riziculteur s’engage à faire entre 1 à 4 années de riz sur 5 ans, selon l’altitude de ses parcelles et le fait d’être ou non en agriculture biologique.
Pour que la condition soit respectée, il faut que le riz ait l’appellation IGP Riz de Camargue et que chaque parcelle engagée ait bien reçu 1 à 4 années de riz. Il ne peut pas décider de changer de parcelle en cours de contrat. Les parcelles qui sont en riz lors de la signature de la mesure, comptabilisent déjà leur 1ère année.
L’exploitant s’engage également à tenir un cahier d’enregistrement de ses pratiques (surfaçage, mise en eau, semis, récolte, etc.)
 

L’entretien des Roselières

Plusieurs MAEc permettent la protection de milieux ou d’espèces en favorisant notamment leur reproduction. La MAEc « Roselières » présente un intérêt pour les oiseaux des marais.
Le signataire de cette mesure s’engage à ne pas couper 20% ou 80% de la roselière contractualisée. Cette mise en défens est pratiquée de façon cyclique afin de conserver l’intérêt commercial du roseau exploité. Elle est très favorable au Héron pourpré et au Butor étoilé qui s’installent dès fin mars dans les roselières inondées, peu exposées au dérangement humain mais offrant une densité suffisante de roseaux secs pour la construction des nids.
  

 

Le tableau synthétique de la campagne 2015 – 2020

Campagne MAEc

2015-2020

Exploitations ayant sollicité des MAEc

216

Nombre total de mesures demandées

517

Surface totale

20 086 ha

Linéaire total

599 999 m

Surface moyenne par exploitation

100 ha

Budget total prévisionnel

dont mesures riz

19 163 142 €

5 862 032 €

Crédits photos : David Lazin / PNR de Camargue

 

  • Contacts

Anne VADON, chargée de mission agriculture-élevage au Parc naturel régional de Camargue (a.vadon@parc-camargue.fr, 04 90 97 19 88)

Katia LOMBARDINI, chargée de mission Natura 2000 « 3 marais » au Parc naturel régional de Camargue (k.lombardini@parc-camargue.fr, 04 90 97 93 95)

David LAZIN, chargé de mission Natura 2000 « Camargue » au Parc naturel régional de Camargue (d.lazin@parc-camargue.fr, 04 90 97 10 40)