Les étangs palavasiens

Présentation / Activités / Faune - FLore / Problématiques / Gestion

Retour  à la carte

Cliquez sur la carte pour plus de détail

Présentation

Situés entre les communes littorales de Frontignan et Pérols, les étangs palavasiens s’étendent sur une vingtaine de kilomètres en périphérie des agglomérations de Sète et de Montpellier.

Ce complexe lagunaire de 4000 ha regroupe 9 étangs (la Peyrade, les Mouettes, Ingril, Vic, Pierre-Blanche, Arnel, Prévost, Méjean-Pérols et Grec), peu profonds (0,6 m en moyenne) et traversés par le canal du Rhône à Sète. Alimentés par un bassin versant de 600 km² (Lez et Mosson à l’Est, massif de la Gardiole à l’Ouest), fortement urbanisé, les palavasiens présentent aussi 1500 ha de zones humides périphériques (marais, anciens salins, etc.).

 

Les étangs palavasiens ont reçu en novembre 2011 le prix Pôle-relais lagunes méditerranéennes pour leur programme Vert Demain.

 

Haut de page

Activités

Avec plus de 4000 ha de plans d’eau, les étangs palavasiens présentent une importante activité de pêche professionnelle, exercée par une quarantaine de pêcheurs aux filets et une dizaine de pêcheurs de palourdes. Quelques productions conchylicoles, menées notamment sur l’étang du Prévost, complètent cette activité halieutique. Outre cette activité traditionnelle, la chasse, le tourisme (activités nautiques, découverte des espaces naturels, etc.) et le trafic fluvial (marchandise et plaisance, via le canal du Rhône à Sète) sont les trois autres activités marquantes sur les étangs palavasiens et les zones humides périphériques.

Sur le bassin versant, bien que très fortement urbanisé, la culture de la vigne reste encore bien implantée (AOC). L’activité industrielle est pour sa part assez réduite et surtout présente à Frontignan, avec notamment le dépôt d’hydrocarbures.

                 

Crédit : SIEL Crédit : SIEL
Crédit : SIEL Crédit : SIEL

Haut de page

Faune - Flore

Crédit : Xavier RufrayCaractérisés par une grande diversité d’habitats naturels, souvent remarquables (lagunes, steppes salées méditerranéennes, dunes grises, etc.), les palavasiens hébergent ainsi quelques espèces végétales patrimoniales telle que la Saladelle de Gérard (Limonium girardanium).

D’un point de vue strictement avifaunistique, ces étangs présentent également une richesse remarquable avec pas moins de 250 espèces d’oiseaux recensées (migration ou hivernage). Le secteur est même d’importance internationale puisqu’il accueille en hivernage plus de 20 000 oiseaux d’eau et notamment le Flamant rose, l’Avocette élégante, le Tadorne de Belon, etc. Parmi les autres espèces dont le nombre de couples est représentatif au niveau français on peut notamment citer : l’Huîtrier pie, l’Echasse blanche ou encore la Sterne naine.

 

 

Haut de page

Problématique

Malaïgue photo Depuis le 19ème siècle, les aménagements successifs (canal du Rhône à Sète, réseaux routiers desservant les stations balnéaires, etc.) réalisés sur le littoral palavasiens ont compartimenté l’espace lagunaire. Ainsi, la réduction des échanges hydrauliques entre les différentes unités lagunaires, couplée à d'importants apports liés notamment aux rejets (rejets domestiques de l’Agglomération de Montpellier véhiculés par le Lez puis diffusés par le canal du Rhône à Sète), donnent naissance à de fréquentes crises dystrophiques, appelées malaïgues.

 

 

Outre une mauvaise qualité de l’eau sur la quasi-totalité des palavasiens, ces étangs sont aussi menacés à des dégrés divers selon leur localisation par le comblement, phénomène naturel accentué par les nombreuses interventions humaines (urbanisation, recalibrage des cours d’eau, etc.) réalisées sur le bassin versant. A cela, s’ajoute enfin les problèmes de cabanisation et de fréquentation des sites par le public, avec des étangs faisant parfois office de véritable « parc urbain », comme c’est le cas sur le Méjean.

 

Haut de page

Gestion

Crée en 1999, le Syndicat Mixte des Etangs Littoraux, le Siel, est né de la volonté des communes riveraines des étangs palavasiens de valoriser leur territoire. Il a pour mission principale de mettre en place une véritable politique de conservation des zones humides, en concertation avec les acteurs du territoire. Le Siel mène des actions de connaissance des milieux et de mise en valeur du patrimoine naturel, de travaux d’entretien, de restauration des milieux, de sensibilisation du public et de vigilance.

Le syndicat est constitué de 7 communes associées pour assurer la gestion des lagunes : Pérols, Lattes, Palavas les Flots, Villeneuve-lès-Maguelone, Vic la Gardiole, Mireval et Frontignan. Ces trois dernières communes sont représentées par la Communauté d’Agglomération du Bassin de Thau (CABT).

Le périmètre d’action du Syndicat correspond au périmètre du site Natura 2000 « Etangs palavasiens et étang de l’Estagnol » arrêté le 3 Mars 2006.

Le syndicat a aujourd’hui acquis une solide connaissance des milieux naturels et des acteurs, ce qui lui a permis de prendre en charge l’élaboration du Document d’Objectifs Natura 2000.

Le Siel est administré par un comité syndical, constitué d’élus désignés par les collectivités qui décide des actions à conduite et vote les budgets correspondants.

Le Syndicat Mixte des Etangs Littoraux a été désigné opérateur en charge de l’élaboration du DOCOB pour les sites Natura 2000 « Etangs palavasiens et étang de l’Estagnol », par délibération du Comité de pilotage en mars 2007.

Sur les 6000 ha que représentent les étangs palavasiens et leurs zones humides périphériques, 38 % sont propriétés du Conservatoire du littoral. Déléguant la gestion aux communes, les Marais du Méjean, les Salins de Villeneuve-lès-Maguelone et ceux de Frontignan sont ainsi respectivement gérés par les communes de Lattes, de Villeneuve associé au CEN L-R et de Thau Agglo, associée à l’EID-Méditerranée. Outre ces trois gestionnaires, s’ajoute également l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, propriétaire de la réserve naturelle de l’Estagnol, et le SIEL (Syndicat Mixte des Etangs Littoraux regroupant la Communauté d'Agglomération du Bassin de Thau et les communes de Lattes, Pérols, Palavas et Villeneuve-lès-Maguelone), chargé de mettre en place une gestion globale sur l’ensemble de ces étangs palavasiens, en concertation avec les acteurs locaux.

Dans le cadre de la mise en œuvre du réseau écologique européen Natura 2000, l’Etat français a proposé les sites des étangs palavasiens et de l’étang de l’Estagnol ainsi que leur marges au titre des deux directives européennes « Habitats » et « Oiseaux ». Ces sites sont officiellement et respectivement dénommés :

 

  • le SIC (Site d’Importance Communautaire) FR 9101410 « étangs palavasiens », désigné en septembre 2006.
  • la ZPS (Zone de Protection Spéciale) FR 9110042 « étangs palavasiens et étang de l’Estagnol », au titre de la Directive « Oiseaux », désigné par arrêté ministériel en mars 2006.

 

Le principe d’un périmètre unique pour la ZPS et le SIC a été retenu afin de simplifier l’élaboration et la mise en œuvre du Document d’Objectifs Natura 2000. La superficie de la zone d’étude est de 6546 hectares.

Ce Document d’Objectifs intègre un programme d’actions qui  a été validé en comité de pilotage le 28 avril 2009.

34 actions ont été retenues pour le site Natura 2000 « Etangs palavasiens et étang de l’Estagnol ». Chaque action fait l’objet d’une fiche technique détaillée. Le programme d’action a été conçu de telle sorte qu’à chaque fiche action corresponde la description de l’action et le cahier des charges type si le dispositif de mise en œuvre de l’action est contractuel.

Carte tirée de " Vers une gestion intégrée des lagunes méditerranéennes", 2007

Vue des Salines de Villeneuve-lès-Maguelone, Cyril Girard 2011.



 

 

 

  • A consulter
 
Fiches retours d’expériences du Portail national zones humides :
 
 

Fiche Site Ramsar (Portail national zones humides)

Cap sur les Etangs palavasiens (Portail national zones humides)

 

Haut de page