Suivi de l'Anguille européenne en Méditerranée

Mis à jour le 23/08/2016

L' Anguille d'Europe (Anguilla anguilla), un emblème des milieux lagunaires menacé

 

L’anguille est un poisson migrateur dont le cycle de vie est unique et encore mystérieux sur de nombreux points. C’est un poisson amphihalin, qui effectue son cycle de vie en eau douce et en eau salée, et  va se reproduire en Mer des Sargasses, une zone de l’océan Atlantique nord au large de la Floride.

L'anguille européenne circule dans les mers du globe et est retrouvée de l'Islande à la mer Noire en passant par la mer Baltique et la mer Méditerranée. Les études génétiques récentes démontrent que toutes les anguilles européennes forment une unique population, ce qui implique qu'une seule gestion à l'échelle européenne permettra de sauver cette espèce de l'extinction.

  

Aire de répartition de l'Anguille européenne (d'Après Adam, 1997)

 

En raison de sa capacité à tolérer une grande variabilité des milieux qu'elle fréquente, l'anguille est retrouvée de l'amont des cours d'eau aux lagunes. Ses parcours migratoires pour se rendre d'un milieu à l'autre sont bien souvent entravés par des obstacles infranchissables. Ceux-ci font l'objet de mesures dans le cadre du plan national de gestion de l'Anguille européenne (rapport de mise en œuvre juin 2015), plan qui a été décliné régionalement.

>>Plus d'informations sur ce thème, consultez le dossier thématique documentaire sur la base de données bibliographiques du Pôle lagunes

Un déclin inéluctable ?

L ’Anguille européenne a vu son recrutement chuter de 90% à partir des années soixante-dix, ce qui a incité l’IUCN* à classer en 2008 l’Anguille européenne comme espèce en danger critique d’extinction, et la CITES** à l’inclure en 2007 dans son annexe 2, qui regroupe des espèces non encore menacées d’extinction, mais qui pourraient le devenir si leur commerce n’était pas étroitement contrôlé. En 2007 également, l’Union européenne a voté un règlement instituant des mesures de reconstitution du stock d’anguilles.

Les causes de ce déclin seraient multiples, les principales évoquées sont :

- la surpêche qui réduirait le nombre de géniteurs,

- la perte et la dégradation d’habitat, notamment les barrages réduisant le domaine vital de l’espèce et l’assèchement des zones humides côtières,

- les maladies, notamment un parasite Anguillicoloides crassus et un virus EVEX qui hypothèqueraient le succès de la migration des anguilles argentées,

- la pollution qui affecterait les gonades des anguilles femelles et provoquerait une baisse du succès reproducteur,

- le changement climatique qui modifierait les courants océaniques et affecterait donc la migration et la mortalité des larves et d’autre part provoquerait des sécheresses récurrentes, en particulier dans la péninsule ibérique et le Maroc.

A l’heure actuelle, il n’y a pas de consensus sur les causes du déclin, sa situation demeure vraiment préoccupante, et malheureusement nos connaissances sur cette espèce restent fragmentaires, même si des efforts de recherches ont été faits ces dernières années.

Il faudra encore de nombreuses années avant que tous les ouvrages sur les cours d’eau soient équipés de dispositifs permettant le passage de l’anguille vers l’amont. La dévalaison des anguilles argentées en présence d’obstacles devra aussi faire l’objet d’amélioration afin que celles-ci puissent atteindre la mer sans encombre.

Sa gestion, à l’échelle européenne reste un défi difficile à relever, qui nécessitera des financements et l’énergie de tous les acteurs si nous voulons réussir.

 

  • Un plan national de gestion de l'Anguille, une déclinaison à l'échelle du bassin méditerranéen

Le règlement européen n°1100/2007 du 18 septembre 2007 a été voté en conseil des Ministres de l'Union européenne dans l'objectif de reconstituer la biomasse en géniteurs de l’espèce. En Méditerranée ce règlement est traduit par un plan de gestion local qui a pris effet le 1er juillet 2009 et dont l'objectif est d'agir sur toutes les causes de mortalité de l'anguille.

>>Ce qui implique à l'échelle du bassin méditerranéen français :

• Une réduction de la pêche commerciale et récréative.

• Des mesures de repeuplement.

• Des mesures permettant le franchissement des obstacles sur les rivières et à améliorer les habitats des cours d’eau.

• Des mesures visant à assurer un taux d’échappement des anguilles argentées d’au moins 40% du niveau de biomasse en anguilles argentées avant toute modification imputable à l’homme.

• De nombreuses autres mesures de contrôle plus marginales (carnets de pêche, création d’une licence “anguilles” obligatoire pour tous pêcheurs professionnels).

>>La France a effectué un rapportage à la commission européenne de l’efficacité des mesures mises en œuvre du plan de gestion anguille durant la période 2008-2012, puis en 2015, ces mesures ont permis de :

• Réduire la mortalité par pêche avec un encadrement plus strict de la pêche à l’anguille. Par conséquent, depuis 2009, l’effort de pêche a été réduit significativement grâce à une diminution du nombre d’autorisations de pêche délivrées aux pêcheurs de civelles, conjuguée à la définition de quotas annuels de pêche de la civelle, à une chute des niveaux de captures qui a permis d’aboutir en 2014 à une réduction des captures de civelles de 55,7 % par rapport à la période de référence précédant le Plan de Gestion Anguille.

• D’utiliser 13,6 tonnes d’anguilles de moins de 12 cm au programme du repeuplement. Ce tonnage représente 6,4 % des captures de la même période. Des mesures de suivis et d’évaluation continuent d’être mises en œuvre sur chaque opération, selon un protocole précis, permettant d’améliorer la connaissance sur l’efficacité du repeuplement.De nombreux acteurs sont tous, à des degrés divers, partie prenante dans l’application de ces plans de gestion anguilles.

Quant à la mesure prise en 2009 pour accroître le taux d’échappement, une première estimation des différents indicateurs d’ échappements a pu être réalisée pour la période 2007-2012. Cependant, cette estimation comporte de nombreuses limites et ces premiers résultats sont à considérer avec précaution. Il est également nécessaire de rappeler que les effets du PGA, dépendant du cycle de vie de l’espèce, ne seront évaluables qu’à moyen terme et notamment pas avant 2020.

Afin de vérifier l’atteinte des objectifs par le règlement anguille, il apparaît indispensable qu’une réflexion soit menée, sous l’égide de la commission européenne, sur l’harmonisation de l’acquisition des données, des méthodes d’estimation des différents indicateurs et d’un modèle de rapportage pour l’ensemble des pays.

De nombreux acteurs sont tous, à des degrés divers, partie prenante dans l’application de ces plans de gestion anguilles.

  • Un suivi en Méditerranée

Des acteurs du suivi et de la gestion de l'Anguille agissent sur le bassin Rhône Méditerranée & Corse :

- L'association Migrateurs Rhône Méditerranée (MRM) : Elle met en place différentes actions de connaissance de l’Anguille dont le suivi des fronts de colonisation à l'aide de la pêche électrique, les données récoltées permettent à terme de créer un protocole affiné pour la gestion de l'espèce. D'autre part MRM réalise le suivi de 10 passes "pièges" sur le bassin. MRM se positionne comme un producteur essentiel de données sur l'espèce et les milieux qu'elle fréquente.

Au sein du COmité de GEstion des POissons MIgrateurs (COGEPOMI), qui est l’instance de concertation réunissant l’ensemble des acteurs impliqués dans la gestion des espèces amphihalines, l’Association MRM intervient en tant qu’expert et a en charge d'établir le plan de gestion des poissons migrateurs.

- Le centre de recherche de la Tour du Valat : depuis 1993, la Tour du Valat a entrepris un suivi des anguilles à tous les stades dans l’étang du Vaccarès en Camargue, delta du Rhône. Les travaux de recherche menés par Alain Crivelli et al. ont permis d'expliquer les différences observées entre les entrées des civelles et des anguilles dans l'hydrosystème Vaccarès d'une année à l'autre.

D'autre part, grâce à ce suivi réalisé depuis 1993, un modèle de dynamique de la population de l'anguille du Vaccarès a été développé et a servi de base à la réalisation d’un modèle convivial destiné aux pêcheurs et aux gestionnaires, mis en ligne dans sa première version en juin 2012 :

- Accès au logiciel de gestion de l’anguille européenne : www.eelmanagement.eu

Ce logiciel s’applique à tous les systèmes aquatiques européens, il est utile non seulement pour vérifier si les objectifs du plan de gestion sont atteints, mais aussi pour réaliser rapidement des scénarios de gestion qui permettent d’évaluer les captures des pêcheurs en augmentant la taille des mailles des filets, ou en réduisant la pêche de 60 %. On peut comparer plusieurs scénarii et choisir celui qui est le plus avantageux pour les pêcheurs, tout en respectant les mesures du plan de gestion anguille.

 

  • Une passerelle entre la recherche et la gestion en faveur de l’anguille

Le Pôle-relais lagunes méditerranéennes coordonne un réseau de gestionnaires des milieux lagunaires et favorise l’échange entre les acteurs de la recherche et ceux de la gestion conservatoire des zones humides au travers des journées d’échanges techniques et scientifiques, des formations adaptées aux gestionnaires pour enrichir leurs connaissances et savoir-faire en matière de suivi d’espèces et des milieux. Si vous souhaitez bénéficier d’une veille documentaire concernant l’anguille et faire part de vos besoins sur le suivi de l’espèce, le Pôle lagunes vous fera profiter de ses outils.

 

  • Contacts sur le sujet
Association MRM
Directrice Isabelle Lebel
Tél : 04 90 93 39 32
 
Alain Crivelli & Delphine Nicolas
Chercheurs à la Tour du Valat
Le Sambuc - 13200 Arles
Tél : 04 90 97 20 13

 

 

  • A télécharger :

- Plan de sauvegarde de l’anguille : quelles solutions pour optimiser la conception et la gestion des ouvrages ?

- Logiciel de gestion de l’anguille européenne : notice explicative

- Rapportage anguille 2012


- Rapportage anguille 2015


- PLAGEPOMI 2012-2014
: Plan de gestion des poisson migrateurs / Bassin RM&C

- PLAGEPOMI 2016-2021 : Plan de gestion des poissons migrateurs / Bassin RM&C


- Le programme français de repeuplement en civelles. Bilan des trois premières années de transferts. Rapport d’expertise, GRISAM, 2015.

  • Liens utiles :

- Dossier anguille site agence de l’eau RM&C

 

*UICN : L’Union Internationale pour la Conservation de la Nature développe et soutient la science de pointe de la conservation, particulièrement en ce qui concerne les espèces, les écosystèmes, la diversité biologique et leur impact sur les moyens de subsistance des êtres humains.
** CITES : sigle de La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction, connue également comme Convention de Washington. Il s'agit d'un accord international entre Etats.

 
Crédit photo : N. Barré/TDV


Source :  Brochure "l'Anguille Européenne" / Sciences & Gestion, éditée par la Tour du Valat en Juin 2013 >> Télécharger le document