- Pôle lagunes - https://pole-lagunes.org -

Etang de l’Or

Page mise à jour le 08/03/2018

Présentation [1]Activités [2]Faune – Flore [3]Problématique [4]Gestion [5]Actus & docs [6]

Retour à la cartographie des lagunes [7]

[8]

Cliquez sur la carte pour plus de détails

Présentation

Vaste lagune de 3000 ha bordée de 2000 ha de zones humides périphériques, l’étang de l’Or s’étend sur 11 kilomètres entre les communes de la Grande-Motte et de Mauguio-Carnon. Sa profondeur moyenne est d’environ 80 cm de profondeur.

Alimenté en eau de mer par le grau de Carnon à l’extrême Sud-Ouest, l’étang reçoit également des apports d’eau douce par 5 principaux cours d’eau de type méditerranéen. Au Sud, l’étang communique grâce à des « passes » avec le canal du Rhône à Sète, dont les eaux sont ici influencées par celles du Vidourle et du Rhône. Le bassin versant d’une superficie de 410 km² est occupé par 32 communes totalisant une population permanente d’environ 125 000 habitants.

Activités

Capetchades © E. Le Pommelet

Bien que le nombre de pêcheurs professionnels ait fortement diminué ces dernières décennies, la pêche professionnelle aujourd’hui exercée par une dizaine de personnes reste l’activité principale de l’étang de l’Or. Cette pêche est orientée vers la capture des anguilles, athérines et loups en toute saison et celle d’autres espèces migratrices (daurade, sole, crevette…) en automne grâce à des filets particuliers : les capéchades.

La chasse est un loisir très développé sur le site. Les huit sociétés de chasse du site regroupent plus de 1000 chasseurs dont 450 pratiquent la chasse au gibier d’eau.

Sur les zones humides périphériques et le proche bassin versant, les principales activités professionnelles rencontrées sont l’agriculture et l’élevage. Les terres en bordure de l’étang constituent de vastes espaces de prés salés, de marais ou d’enganes utilisées par les manades (élevage de chevaux et taureaux de Camargue) et la plaine est essentiellement occupée par la vigne et les cultures maraîchères et fruitières.

Les activités industrielles sur le bassin versant sont peu nombreuses et essentiellement localisées sur les communes de Vendargues et Lunel.

Faune – Flore

Nivéoles © E. Le Pommelet

Outre la lagune, habitat d’intérêt communautaire prioritaire de la Directive européenne « Habitats, Faune, Flore » (1992), les zones humides périphériques de l’étang concentrent un grand nombre d’habitats communautaires (fourrés halophiles méditerranéens, prés salés méditerranéens, prairies humides, forêts humides, milieux dunaires…) et hébergent quelques espèces floristiques patrimoniales comme la Spiranthe d’été (Spiranthes aestivalis) ou la nivéole d’été (Leucojeum aestivum).

D’un point de vue faunistique, sa grande productivité en fait un site exceptionnel pour l’alimentation de nombreux oiseaux comme le flamant rose, le grèbe à cou noir. L’étang et sa mosaïque de milieux en périphérie sont propices à l’accueil d’une avifaune remarquable en toutes saisons : guifette moustac, rollier d’Europe, outarde canepetière…

Goéland railleur © E. Le Pommelet

Depuis quelques années, le site abrite une des plus grandes colonies de laro-limicoles de la façade méditerranéenne française. Selon les années, il accueille pour certaines espèces plus de 70 % des effectifs nationaux (Sterne Hansel, goéland railleur, mouette mélanocéphale…).

L’étang de l’Or est ainsi reconnu comme zone humide d’importance internationale pour l’accueil des oiseaux d’eau au titre de la convention de Ramsar.

Les marais doux du pourtour de l’étang de l’Or abritent la plus grande population naturelle de l’Hérault de Cistude d’Europe (près de 500 individus ont déjà été observés et identifiés).

Par ailleurs, le bassin versant de l’Or abrite la seule station de l’Hérault connue d’Agrion bleuâtre, une libellule inféodée aux ruisseaux méditerranéens.

Problématique

La pression urbaine sans cesse croissante (forte augmentation de la population dans les villages périphériques) sur le bassin versant, couplée à une intensification de l’agriculture (maraîchage, arboriculture, etc.) et du phénomène de cabanisation, expliquent en grande partie le mauvais état de l’étang vis-à-vis de l’eutrophisation.

L’étang de l’Or présente en effet un stade d’eutrophisation très avancé (apports massifs d’azote et de phosphore d’origine domestique et agricole, accumulation dans les sédiments, etc.), qui profite notamment au développement du cascail (Ficopomatus enigmaticus). Ce ver marin, introduit accidentellement sur nos côtes, fabrique des concrétions calcaires pouvant former des récifs de plusieurs mètres de circonférence, accentuant ainsi le phénomène de comblement des étangs et provoquant des gênes sensibles pour certaines activités humaines, telle que la pêche.

Gestion

Sansouire © E. Le Pommelet

La zone d’eau libre de l’étang de l’Or appartient dans sa grande majorité au Domaine public maritime. Les marges de l’étang sont propriétés du Conservatoire du littoral (environ 1000 ha), de collectivités locales (communes, Département de l’Hérault…) ou  encore des particuliers.

En 1991, un premier établissement public a été créé, le Syndicat Mixte de Gestion de l’Etang de l’Or (SMGEO), regroupant  à l’époque le Conseil Général de l’Hérault et les 12 communes riveraines de l’étang, afin d’apporter une vision globale de gestion et de réaliser une large concertation sur l’ensemble du site. Cette structure a porté un contrat de baie de 2003 à 2007 dont l’enjeu majeur était l’amélioration de la qualité des eaux de l’étang.

En 2009, le SMGEO a évolué vers une structure de bassin dont le périmètre d’action englobe tout le bassin versant : le Syndicat Mixte du Bassin de l’Or (Symbo). Il est composé du Conseil départemental de l’Hérault et des EPCI présents sur son territoire (Agglomération du Pays de l’Or, Montpellier Métropole Méditerranée, les communautés de communes Grand Pic-Saint-Loup et Pays de Lunel). Il porte aujourd’hui un second contrat de bassin (2015-2019) dont l’objectif majeur reste l’amélioration de la qualité de l’eau et la préservation/restauration des milieux aquatiques.

Le Symbo est également porteur de la démarche Natura 2000 (Directive européenne « Faune, Flore et Habitats »  de 1992) sur le site de l’étang de l’Or (ZSC et ZPS).

news

Nouvelles publications :

ACTUALITÉS : Voir l’ensemble de nos actualités sur l’étang de l’Or [12]

DOCUMENTATION : Voir l’ensemble de nos documents sur l’étang de l’Or (base documentaire) [13]

Acteurs :

En savoir plus sur le site :