- Pôle lagunes - https://pole-lagunes.org -

Etang du Bagnas

Page mise à jour le 07/03/2018

Présentation [1]Activités [2]Faune – Flore [3]Problématique [4]Gestion [5]Actus & docs [6]

Retour à la cartographie des lagunes [7]

[8]
Cliquez sur la carte pour plus de détails

Présentation

A proximité de l’étang de Thau, l’étang du Bagnas qui se trouve sur les communes d’Agde et de Marseillan, est en réalité composé de deux étangs: le Grand Bagnas un étang en eau libre, et le Petit Bagnas qui est un marais à sansouïres asséché une partie de l’année. L’ensemble constitue une zone humide d’environ 561 hectares.

Les étangs du Bagnas sont caractérisés par une faible profondeur moyenne (0,4 m) et des salinités allant de 6 g.l-1 pour la lagune du Grand Bagnas (contrôle artificiel visant à favoriser l’avifaune) à plus de 50g.l-1 pour les sansouïres.

De nombreux habitats se succèdent pour former une mosaïque de milieux naturels : étangs d’eau douce à saumâtre, marais à sansouïres, dunes, landes littorales, prés salés et secs, zones agricoles.

D’importance internationale pour l’accueil des oiseaux d’eau, les étangs ont été classés Réserve Naturelle Nationale en 1983. Les terrains du Bagnas et quelques secteurs périphériques sont classées en zones Natura 2000 (directives oiseaux et habitat).

Sansouïre © CAUE F. Hébraud

Activités

Compte tenu de son statut de Réserve Naturelle Nationale, les activités référencées sur la lagune du Bagnas et ses zones humides périphériques sont liées à leur protection (gestion, suivi scientifique, etc.) et à la découverte de la nature et des milieux naturels (observation des oiseaux, visite guidée, etc.). La majeure partie de la réserve est interdite d’accès au public pour préserver le potentiel d’accueil de l’avifaune. Les visites guidées qui sont proposées au public empruntent des sentiers en périphérie du site afin d’observer les oiseaux sans les déranger.

Animation scolaire © Adena

Historiquement, le Grand Bagnas a fait l’objet d’une exploitation salinière au 19ème siècle (création de marais salants en 1791 et fin d’exploitation en 1969). Les bassins ont ensuite été utilisés pour l’aquaculture pendant 6 ans. Le Petit Bagnas a été le support d’une activité viticole qui n’existe plus aujourd’hui sur les terrains classés en réserve.

Faune – Flore

La richesse écologique de l’étang du Bagnas est surtout liée à son interface terre-eau. La roselière, milieu pourtant peu diversifié puisque constitué principalement de roseaux (Phragmites australis), accueille une faune variée et souvent à forte valeur patrimoniale, tout au long de l’année. Ainsi, elle sert de halte pour les oiseaux migrateurs en automne et au printemps (jusqu’à 10 000 oiseaux recensés chaque jours en fin d’été), et de site d’hivernage d’importance nationale (plus de 6 000 oiseaux d’eau recensés en hiver, essentiellement des canards et des foulques).

La gestion hydraulique pratiquée sur le grand Bagnas est réalisée de façon à être favorable au développement de la roselière (apport d’eau douce) et à l’accueil de l’avifaune (gestion des niveaux d’eau). Ainsi, les foulques et les canards utilisent les parties inondées de la roselière alors que les hérons paludicoles (dont le butor étoilé) vont nicher dans les parties les moins en eau.

Avec 264 espèces d’oiseaux dont plusieurs atteignent les seuils d’importance communautaire (telles que le Busard des roseaux, Héron pourpré, Avocette élégante…), le Bagnas est un site d’importance internationale pour l’accueil de l’avifaune. On y rencontre également des espèces plus rares comme le balbuzard pêcheur, la cigogne noire, l’échasse blanche et le gravelot à collier interrompu, l’alouette calandrelle ou le butor étoilé.

Le site compte 6 espèces d’intérêt communautaire inscrites à l’annexe 2 de la Directive Habitat, comprenant 3 espèces de chauves-souris (le Grand Rhinolophe, le Minioptère de Schreibers et le Murin à oreilles échancrées), et la Cistude d’Europe.

Les sansouïres constituent le deuxième habitat du site en termes de superficie et occupent les secteurs les plus salés. Dans les prés secs et friches, on peut trouver des orchidées. La partie littorale est occupée par des dunes à oyats et tamaris. On peut noter la présence de 47 espèces de plantes à forte valeur patrimoniale comme : l’Euphorbe péplis, le Cumin cornu et la Jacinthe Romaine.

Plusieurs espèces exotiques envahissantes sont présentes au niveau de l’étang du Bagnas: l’écrevisse de Louisiane, la tortue de Floride, le cascail (ou Ficopomatus enigmaticus). Ce dernier est un ver qui a la particularité de s’enfermer dans un tube calcaire fermé par un opercule. Les constructions de ces annélides polychètes grégaires forment alors des récifs d’individus pouvant atteindre plusieurs dizaines de centimètre d’épaisseur. pour la faune. La principale espèce végétale envahissante est la Jussie, même si de nombreuses autres espèces envahissantes connues sont présentes sur le site.

Problématique

L’étang du Bagnas, grâce à son classement en Réserve Naturelle Nationale, est soumis à peu de menaces. En revanche, la qualité des eaux reste préoccupante, en raison d’apports de polluants provenant du Canal du Midi et d’activités agricoles du bassin versant. L’eutrophisation pourrait en effet à terme réduire considérablement l’herbier de Potamot qui remplit ici véritablement le rôle de réservoir alimentaire pour l’avifaune.

Par ailleurs, les habitats d’intérêt communautaires relatifs aux sansouires, prés salés, ripisylves/boisements, prairies humides et eaux saumâtres/végétation aquatique sont globalement classés dans un « état de conservation défavorable inadéquat sur le site » et les habitats dunaires dans un état de conservation mauvais.

Gestion

Acquis par le Conservatoire du littoral, l’étang du Bagnas possède le statut de Réserve Naturelle Nationale et site Natura 2000. Géré par l’ADENA (Association de défense de l’environnement et de la nature des pays d’Agde) depuis 2008, ce site fait l’objet d’un plan de gestion dont l’objectif principal est de conserver une mosaïque de milieux allant des milieux salés sur le Petit Bagnas à des milieux plus doux sur le Grand Bagnas. Il s’agit ainsi d’éviter l’homogénéisation de l’ensemble du site en un milieu saumâtre unique. Par conséquent, la gestion hydraulique est importante car elle permet d’obtenir des niveaux d’eau et de salinité différents sur l’ensemble du site en fonction des objectifs fixés.

Plusieurs espèces animales sont identifiées à enjeu sur le site, comme la cordulie à corps fin (libellule) ou le Pélobate cultripède, présent dans les milieux d’arrières dunes du Petit Bagnas. Pour la cistude d’Europe, après la première phase de réintroduction de l’espèce, il s’agit aujourd’hui d’assurer le maintien de la population dans les années à venir en conservant une bonne qualité d’habitat. Concernant les oiseaux, le site représente un enjeu très fort de conservation de la talève sultane nicheuse.La gestion des niveaux d’eau et des roselières permet la nidification de plusieurs espèces de hérons paludicoles : Héron pourpré, Blongios nain, Butor étoilé.

Les autres enjeux importants du site concernent l’accueil des anatidés en hiver (site majeur à l’échelle du Languedoc-Roussillon), des laro-limicoles et des passereaux paludicoles, en particulier la Remiz penduline.

Un suivi des oiseaux d’eau est réalisé toute l’année pour déterminer et compter les individus.

news

ACTUALITES : Voir l’ensemble de nos actualités sur l’étang du Bagnas [9]

DOCUMENTATION : Voir l’ensemble de nos documents sur l’étang du Bagnas (base documentaire) [10]

 

Acteurs :

En savoir plus sur le site :