- Pôle lagunes - https://pole-lagunes.org -

Retour sur la formation « Utilisation de Q-GIS et GEOclassifier en appui à la cartographie de l’habitat lagune côtière »

Du 15 au 16 octobre 2019 à Arles

Formation QGIS avec Anis Guelmami (Tour du Valat), à Arles. © PRLM

Dans le cadre du projet  Life intégré Marha (Marine habitats),  [1]piloté par l’Agence Française pour la Biodiversité (AFB), des actions portées par le Pôle-relais lagunes permettent d’appuyer les animateurs et gestionnaires de sites N2000 dans l’évaluation de l’état de conservation de l’habitat lagunes côtières méditerranéennes (1150-2). En effet, le Pôle lagunes aide les structures animatrices des sites N2000 à prendre en main la méthode d’évaluation de l’état de conservation de l’habitat lagune côtière 1150-2 [2].

Afin de renforcer les compétences des gestionnaires et animateurs de sites N2000 et d’aider à la prise en main de cette méthode, le Pôle lagunes propose des formations en partenariat avec l’AFB. Ces formations sont inscrites dans la thématique 2 du Life Marha « Renforcement des capacités » et visent à mieux évaluer l’état de conservation de l’habitat lagunes côtières méditerranéennes (1150-2) et identifier des solutions pour tendre vers une amélioration de leur état.

La surface couverte par l’habitat lagunes côtières méditerranéennes 1150-2 est un indicateur essentiel dans l’évaluation de l’état de conservation au titre de la DHFF. Afin de mener des actions de protection et restauration efficaces, il est donc nécessaire de réaliser l’inventaire de ces milieux et savoir bien en délimiter les contours.

Formation QGIS avec Anis Guelmami (Tour du Valat), à Arles. © PRLM

La formation proposée les 15 et 16 octobre 2019 organisée par le Pôle-relais lagunes portait sur « l’utilisation des logiciels Q-GIS et GEOclassifier en appui à la cartographie de l’habitat lagune côtière ». Cette formation répond aux besoins des gestionnaires et animateurs des sites N2000 : développer leurs connaissances des logiciels de suivi spatialisé des zones humides pour la réalisation d’une cartographie fine de leurs habitats naturels.

L’objectif était de présenter une approche géomatique visant à délimiter et caractériser les zones humides littorales à l’aide des techniques d’observation de la Terre et d’appréhender une méthode novatrice, semi-automatique mêlant segmentation automatique des images, photo-interprétation et relevés phytosociologiques localisés (en fonction des données et connaissances terrain des structures participantes).

Le processus de segmentation d’images consiste à regrouper au sein du même polygone les pixels adjacents qui présentent des caractéristiques spectrales similaires. Parfois, certaines limites sont relevées : une segmentation des habitats visuellement hétérogène ou une génération d’un grand nombre de polygones selon les paramètres choisis. Les lagunes sont soumises à de fortes variations environnementales saisonnières (e.g. durée et période d’exondation en fonction de la profondeur de ces milieux).Il est donc important de bien connaitre sur le terrain, les limites entre les zones de transition mixant plusieurs habitats et  des zones où un habitat principal est identifié et classable selon les typologies existantes.

Cette méthode offre donc un temps de travail plus rapide et une précision des contours cartographiés bien plus importante que les méthodes entièrement manuelles.

Lors  de cette formation, 12 gestionnaires de zones humides et animateurs N2000 d’une dizaine de structures différentes sont venus dans les locaux du Parc naturel régional de Camargue à Arles pour apprendre à utiliser cette méthode à l’aide de Anis Guelmami [3] (chef de projet SIG, télédétection et cartographie à l’Observatoire des Zones Humides Méditerranéennes à la Tour du Valat).

Cette rencontre a été l’occasion d’aborder ensemble les besoins et les contraintes de chacun, notamment concernant le financement des cartographies de l’habitat 1150-2. À ce titre, la présence de la DREAL-Occitanie a été fort utile et plusieurs points de consensus sont apparus en retour des besoins, notamment pour réaliser une cartographie à une échelle multisites au moyen d’une expertise et prestation dédiée.

À la fin de la formation, la plupart des participants étaient motivés pour mettre rapidement en application les connaissances apprises. À ce titre, un tutoriel avec les principales notions et étapes suivies sera très prochainement transmis aux participants.

Nous tenons à remercier le Parc naturel régional de Camargue de nous avoir accueillis et particulièrement Philippe Isenmann, chargé de mission S.I.G., dont l’appui informatique a permis de faciliter grandement le déroulement de la formation.

Une formation similaire a eu lieu du 7 au 9 octobre, à Corte (2B) pour les gestionnaires et animateurs des sites N2000 de Corse >> Voir notre article [4]

Sortie terrain sur le sentier du Pont de Rousty (PNR Camargue). © PRLM

Katia Lombardini (e-mail [5]), chargée de mission SUD-Paca – Pôle-relais lagunes méditerranéennes, Tour du Valat

Nathalie Barré (e-mail [6]), chargée de mission Occitanie – Pôle-relais lagunes méditerranéennes, CEN L-R