- Pôle lagunes - https://pole-lagunes.org -

Programme des Journées européennes du patrimoine 2021 en Méditerranée

Les 18 et 19 septembre 2021, venez découvrir les lagunes méditerranéennes autour du thème : “Patrimoine pour tous”

Des animations, la plupart gratuites et pour tous les âges, vous sont proposées autour des zones humides littorales en Corse, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Des visites, sorties nature commentées… ateliers, chantiers autour du thème national “Patrimoine pour tous”.

C’est l’occasion d’une découverte étonnante des lagunes méditerranéennes, ces étangs littoraux au patrimoine exceptionnel où l’histoire de l’Homme s’inscrit depuis plus de 2 000 ans.

Une belle opportunité de s’approprier ces territoires qui rendent de nombreux services à l’humanité, en particulier vis à vis du changement climatique.

Cet évènement mobilise de nombreuses structures partenaires : gestionnaires de lagunes, sites et musées archéologiques, scientifiques, associations d’éducation à l’environnement et associations de sensibilisation au patrimoine culturel.

Venez nombreux !  Les 5 dernières éditions (hors 2020) ont rassemblé 18 500 participants en moyenne autour des territoires lagunaires.

Le programme sous la forme d’un Open Agenda met en avant les animations en lagunes. 

Consulter l’agenda en ligne [1]

Ce programme d’animations est coordonné par le Pôle-relais lagunes méditerranéennes pour la 13ème année consécutive.

Avec le soutien technique ou financier :

Enquête sur la gestion et l’entretien des plages

Posted By prlm On In Etudes et projets | No Comments

Préalable à l’élaboration du plan régional d’actions « Euphorbe péplis »

Le Conservatoire Botanique de Porquerolles (CBNMed) vient de lancer un sondage visant à mieux comprendre les pratiques de gestion des plages et des dunes. Jusqu’au 5 octobre, les gestionnaires et collectivités du littoral sableux méditerranéen sont invités à y répondre en ligne [2]. Cette consultation ouvre la seconde phase de l’élaboration du plan régional d’actions (PRA) en faveur de l’Euphorbe péplis (Euphorbia peplis) et de son habitat, les hauts de plage et les pieds de dunes.

Euphorbe péplis sur une laisse de mer (débris de bois) © F. Andrieu

L’Euphorbe péplis (Euphorbia peplis) est une petite plante protégée des sables littoraux. Espèce caractéristique des laisses de mer, elle se rencontre le plus souvent sur le haut des plages et au pied des dunes. Suite à plusieurs projets de gestion ou d’aménagement du littoral méditerranéen l’ayant impactée ces dernières années, cette plante fait aujourd’hui l’objet d’un plan régional d’actions (PRA) visant à améliorer l’état de conservation de ses populations et de son habitat. En charge de la réalisation de ce PRA, le CBNMed finalise actuellement la phase d’étude concernant la distribution, l’écologie et la biologie de l’espèce.

Euphorphe péplis au port étalé en pied de dune © F. Andrieu

La protection du patrimoine naturel des plages et des dunes, et en particulier de l’Euphorbe péplis, ne peut être envisagée sans une concertation avec les gestionnaires au plus près du territoire. C’est ce constat qui a conduit l’équipe du CBNMed à organiser une consultation en ligne [2] pour débuter la seconde phase du projet, la définition et la rédaction des actions. Accessible jusqu’au 5 octobre, elle est adressée aux gestionnaires et collectivités de la bande littorale sableuse s’étendant de la Camargue (Port-Saint Louis) au Roussillon (Argelès-sur-mer).

Accumulations de débris maritimes (bois, végétaux, coquillages…), les laisses de mer ont longtemps été considérées comme des déchets dégradant la qualité des plages destinées aux activités balnéaires. En raison de leur intérêt écologique mais également socio-économique, le regard sur ces éléments naturels est en train de changer. En effet, tout en constituant un écosystème insolite accueillant des plantes et des animaux très spécialisés, elles jouent un rôle fondamental dans la constitution des dunes. Elles peuvent ainsi être considérées comme un allié précieux dans la préservation du cordon dunaire et la lutte contre les submersions marines, pour protéger de nombreux bâtiments et zones touristiques.

Plantules d’Euphorbe péplis sur une plage moyennement fréquentée © F. Andrieu

Pour préserver la salubrité publique, la nature et l’attractivité touristique de la plage, les municipalités ou les communautés littorales organisent un nettoyage régulier des déchets déposés par la mer ou les estivants eux-mêmes. Or, le nettoyage régulier et mécanique des plages détruit les laisses de mer et les dunes embryonnaires associées. Concilier la préservation des laisses de mer et les activités balnéaires est le fondement des démarches de nettoyage raisonné des plages. Elles consistent notamment à remplacer le nettoyage mécanique par un nettoyage manuel.

D’autres interventions humaines sont susceptibles de porter atteinte aux fragiles populations de l’Euphorbe péplis : la surfréquentation des hauts de plage, les rechargements en sables ou autres sédiments, l’aménagement d’infrastructures… Pour l’ensemble de  ces questions, la démarche reste la même : comprendre les enjeux et les contraintes des différents acteurs, apprécier les éventuelles marges d’évolution et entamer un dialogue pour identifier des solutions en concertation. Le moment fort de ce dialogue est prévu à la fin du mois de novembre (semaine 47), à travers l’organisation de comités techniques territorialisés (3 localisations à préciser) visant à réunir les acteurs et gestionnaires concernés.

Frédéric Andrieu ([email protected] [3]), chargé de missions botaniques – Conservatoire Botanique National Méditerranéen

Nicolas Manceau ([email protected] [4]), chargé de missions botaniques – Conservatoire Botanique National Méditerranéen

Le nettoyage raisonné des plages. Guide méthodologique. Conservatoire du littoral. 2011. 66p [5].

Élaboration du Plan Régional d’Actions en faveur de l’Euphorbe péplis (Euphorbia peplis). Présentation du projet. (à télécharger ci-dessous)

Offre de poste “Technicien de gestion d’espaces naturels et du littoral”

Posted By prlm On In Emplois et stages | No Comments

La Communauté d’Agglomération du Pays de l’Or, recrute au sein du pôle eaux et espaces naturels, un technicien en gestion d’espaces naturels.

Candidatures avant le 15 octobre 2021.

 

Observatoire Régional des Zones humides de Corse : Installation du Comité Stratégique

Posted By prlm On In Dernières actus | No Comments

Une dynamique en faveur des milieux humides est observée depuis plusieurs années, avec notamment le renforcement des mesures de protection et de gestion aux échelles nationale et régionale. Afin de pérenniser cette dynamique, il est apparu primordial de mettre en œuvre l’OF3C du SDAGE du bassin de Corse : « Préserver, restaurer et gérer les zones humides » qui préconise, entre autres, la poursuite de la mise en œuvre d’un Observatoire Régional des Zones Humides de Corse (ORZHC).

Conformément à cette recommandation, l’OEC travaille à la pérennisation de l’Observatoire Régional des Zones Humides. Cet observatoire se veut être l’organe privilégié de suivi de l’application de la stratégie régionale en faveur des zones humides. Il aura pour vocation de fournir des outils d’aide à la décision pour les gestionnaires comme pour les élus.

Pour ce faire l’observatoire se dote de plusieurs outils dont une base de données (liée à la base de données GWERN, outil spécifique aux inventaires des milieux humides à l’échelle nationale), un Système d’Information Géographique et une interface web qui seront opérationnels et accessible fin 2021.

Le 07 septembre 2021 s’est tenue la première réunion du Comité Stratégique en visioconférence. Cette réunion a été l’occasion de présenter les différents outils et d’évoquer les attentes et besoins des structures composants ce comité (quatre structures présentes l’OEC, la DREAL de Corse, l’AE RMC et la CdC).

La mise en place d’un comité stratégique aide dans les prises de décision et fait prendre du recul sur la stratégie régionale en faveur des milieux humides. C’est un organe consultatif. Sa mission consiste à accompagner l’OEC et plus particulièrement la composante « habitats naturels (ZH) » dans sa réflexion quant à la validation et la mise en œuvre de la stratégie.

 

[email protected] [6]

Marie GARRIDO
Observatoire Régional des Zones Humides de Corse
Pôle-relais lagunes méditerranéennes
Office de l’Environnement de la Corse
[email protected] [7]
04 95 50 99 41

 

100 chiffres expliqués sur les espèces

Posted By prlm On In Synthèses | No Comments

INPN, 2021

La collection « La Biodiversité en France » s’enrichit grâce à la version 2021 du livret sur les espèces [8] françaises qui vient d’être mise en ligne.

Combien d’espèces en France ? Combien sont endémiques ? Invasives ou menacées ? Découvrez les réponses à vos questions dans cette mise à jour du livret présentant 100 chiffres-clés sur les espèces de métropole et des outre-mer français.

Destinés au grand public mais aussi aux gestionnaires de site et aux acteurs de la biodiversité, ce mémento valorise des données scientifiques produites par les communautés d’acteurs français. Il permet en un clin d’œil de retrouver de nombreux chiffres-clés sur les espèces françaises. Des explications, des schémas et des exemples concrets illustrent chaque chiffre. Ce fascicule est fondé sur les données de références disponibles sur l’INPN et s’intègre dans la dynamique de production d’indicateurs de l’Observatoire national de la biodiversité (ONB) [9].

 

Source : INPN [10] 

 

 

MED EDUC : Un réseau européen pour l’éducation à l’environnement marin en Méditerranée

Posted By prlm On In Dernières actus | No Comments

MED EDUC propose un ensemble de ressources pédagogiques européennes (44 activités proposées en 6 langues) adaptées aux collèges et aux lycées. Ces ressources permettent la découverte et la valorisation de l’environnement côtier et marin en Méditerranée au travers de différentes thématiques :

Guide pédagogique

MED EDUC réunit 7 partenaires méditerranéens sur la réalisation des outils pédagogiques suivants :

 

 

4ème Appel à manifestations d’intérêt “Développements en matière de surveillance et d’évaluation de l’état des milieux aquatiques dans le cadre des directives européennes”

Posted By prlm On In Financement | No Comments

L’Office français de la biodiversité (OFB) lance la 4ème édition de l’appel à manifestations d’intérêt (AMI) « Développements en matière de surveillance et d’évaluation de l’état des milieux aquatiques dans le cadre des directives européennes  [24]» dans l’objectif de cofinancer des projets permettant d’améliorer la surveillance et l’évaluation de l’état des milieux aquatiques français dans le cadre de plusieurs directives européennes dont la DCE, la DCSMM et la DHFF.

Cet AMI est destiné à toute entité publique ou privée (ou un ensemble de partenaires réuni en consortium) intéressée pour proposer un projet visant à améliorer la surveillance et l’évaluation de l’état des milieux aquatiques continentaux, littoraux et marins dans le cadre de différentes directives européennes dont la directive cadre sur l’eau (DCE), la Directive Cadre Stratégie pour le Milieu Marin (DCSMM) et la Directive Habitats Faune Flore (DHFF). Une attention particulière sera portée à la cohérence inter-directive.

Les projets devront apporter de nouveaux éléments méthodologiques et opérationnels permettant d’améliorer la surveillance et l’évaluation des milieux aquatiques visés, et devront répondre à un besoin ou à un groupe de besoins identifiés dans le recueil des besoins « Développements en matière de surveillance et d’évaluation de l’état des milieux aquatiques continentaux, littoraux et marins dans le cadre des directives européennes ».

Les projets retenus ne pourront excéder une durée maximale de 3 ans.

Calendrier

Contacts

Pour toutes questions ou compléments d’informations, les personnes à contacter sont les suivantes :

Sélection de documents sur les zones humides et le changement climatique

Posted By prlm On In Synthèses | No Comments

[27]Centre de Ressources Loire nature, 2021

À travers leurs richesses floristique, faunistique, leur rôle d’infrastructure naturelle (activités anthropiques, cadre de vie de qualité) et leur biodiversité exceptionnelle, les zones humides représentent des espaces à enjeux écologique, socio-économique et patrimonial. Par la signature de la convention internationale de Ramsar, la France a pris l’engagement de protéger les zones humides sur son territoire et de prôner la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides.

Les fonctions « rénales » des zones humides sont désormais bien connues, de même qu’elles constituent un atout majeur dans l’atténuation du changement climatique en rendant divers services écosystémiques et favorisant une adaptation aux conséquences de ce dérèglement.

Les milieux humides, véritables « amortisseurs » du changement climatique rendent quatre grands services : ils assurent une protection contre les risques naturels, ils permettent une diminution de l’intensité des crues et inondations en agissant comme des « zones tampons », ils constituent des réserves d’eau en période de sécheresse et enfin, ils stockent le carbone.

Dans ce contexte de changements globaux (climat, crise sanitaire, etc.), le duo zones humides / changement climatique n’est pas à négliger. Afin d’étayer ce sujet, le Centre de Ressources Loire nature propose une sélection bibliographique sur la thématique des zones humides et du changement climatique.

RAYSSÉGUIER, Agnès; Centre de Ressources Loire nature. Sélection de documents sur les zones humides et le changement climatique. Fédération des Conservatoires d’espaces naturels, 2021, 16 p.

Télécharger le document [27] depuis la base de données documentaire de la Fédération des Conservatoires d’espaces naturels

Concours Capitale française de la Biodiversité 2022

Posted By prlm On In Dernières actus | No Comments

10

Le concours « Capitale française de la Biodiversité » 2022 sur le thème « Paysage & biodiversité » est ouvert du 1er septembre 2021 au 31 janvier 2022. Cette édition récompensera les collectivités qui agissent de manière conjointe pour la valorisation des paysages et la préservation de la biodiversité : déclinaison des trames vertes, bleues, brunes, noires dans les documents d’urbanisme, conception et gestion écologique des espaces de nature, reconquête des paysages agricoles et des délaissés urbains.  

Chaque année depuis 2010, le concours Capitale française de la Biodiversité met en lumière des actions exemplaires de préservation de la biodiversité par des communes et intercommunalités

Les collectivités ont donc jusqu’au 31 janvier 2022 pour remplir le dossier de  [28]candidature [28].

Un dispositif de sensibilisation et de formation des acteurs locaux

Au-delà du concours, Capitale française de la Biodiversité est un dispositif de sensibilisation et de formation pour les collectivités. Le dispositif valorise les bonnes pratiques, les dispositifs d’animation territoriale et favorise des échanges entre acteurs locaux. Que ce soit pour une collectivité pionnière et déjà largement engagée dans des politiques publiques de préservation et de restauration de la biodiversité ou pour une ville ou intercommunalité simplement au début d’une démarche, l’opération Capitale française de la Biodiversité est un outil performant de sensibilisation, d’accompagnement dans le changement, d’émulation et de soutien collectif.

Accompagnement des collectivités pour candidater

Le calendrier

 

Lancement de la seconde session de l’appel à projets “Atlas de la biodiversité communale”

Posted By prlm On In Financement | No Comments

L’Office français de la biodiversité (OFB) renouvelle son appel à projets « Atlas de la biodiversité communale », en engageant une seconde vague de soutien dans le cadre du plan France relance. Les communes et intercommunalités ont jusqu’au 15 octobre pour déposer leur candidature.

Chaque année depuis 2017, l’Office français de la biodiversité propose aux communes et intercommunalités d’identifier les enjeux de biodiversité de leur territoire en réalisant un Atlas de la biodiversité communale (ABC). Grâce à ce dispositif, 273 projets d’ABC impliquant plus de 2 000 communes ont pu voir le jour.

La mise en place de cette cartographie des enjeux de biodiversité à l’échelle locale poursuit plusieurs objectifs :

Un soutien accéléré dans le cadre du plan France relance

Au premier semestre 2021, l’OFB a ainsi mobilisé 8 millions d’euros pour soutenir la réalisation d’Atlas de la biodiversité communale dans le cadre du volet « Restaurations écologiques pour la préservation et la valorisation des territoires » du Plan France Relance, ayant permis le soutien à 115 projets d’ABC en métropole ainsi que dans les départements et régions d’Outre-mer (DROM).

En lançant ce 6ème appel à projets ABC, l’OFB souhaite permettre une diffusion aux petites collectivités n’ayant pas pu bénéficier de la dynamique du Plan France Relance, en engageant cette deuxième vague de soutien avec un montant dédié indicatif d’1 million d’euros.

Conditions de l’appel à projets « Atlas de la biodiversité communale » 2021 – 2ème session

Cet appel à projets s’adresse en priorité à l’ensemble des communes et intercommunalités en France métropolitaine et dans les régions ultra-périphériques d’Outre-mer (RUP).

Le plafond maximal de l’aide est fixé à 23 000 euros pour des projets d’une durée maximum de 24 mois ou jusqu’à 36 mois, sous certaines conditions.

Calendrier de l’appel à projets « Atlas de la biodiversité communale » 2021 – 2ème session

Les dossiers de candidature doivent être envoyés avant le 15 octobre 2021 – 23h59 (heure de Paris) sur le site Démarches simplifiées [33].

Les lauréats seront annoncés en décembre 2021 pour un lancement des projets début 2022.

 

Une nouvelle charte de reconnaissance pour les Pôles-relais zones humides

Posted By prlm On In Dernières actus | No Comments

S’appuyant sur les recommandations du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) issues du rapport sur l’évaluation du dispositif de Communication, d’éducation, de sensibilisation et de la participation sur les zones humides 2012-2014, le Ministère de la transition écologique (MTE) et l’Office français de la biodiversité (OFB), ont souhaité conforter la place des Pôles-relais zones humides à travers une nouvelle charte actualisée en 2021 pour répondre aux défis de demain.

Cela fait 20 ans, que les 5 Pôles zones humides mènent des actions de communication, de sensibilisation, d’accompagnement et de formation des acteurs des territoires pour préserver et restaurer les milieux humides.

➡ En savoir plus sur les Pôles-relais zones humides et leurs missions [34]

Le label « Pôle-relais zones humides » est une reconnaissance attribuée par l’Etat à un programme porté par un organisme ou un consortium d’organismes, publics ou privés à but non lucratif, ayant des compétences particulières en matière de préservation des milieux humides en France, dont une part significative de l’activité est consacrée à la préservation des milieux humides, et pour laquelle cet organisme ou ce consortium dispose d’une compétence et d’une légitimité, permettant d’appuyer de façon déterminante la politique nationale et de contribuer à la dynamique du centre de ressources des milieux humides.

Dans le cas d’un consortium, l’animation des activités du Pôle-relais est confiée, en accord avec l’OFB, à l’un des organismes qui assure le rôle de coordinateur et porteur administratif. Les membres du consortium peuvent participer au financement du Pôle-relais.

Les signataires de la charte :

Projet soHUMID : quelle contribution des eaux souterraines dans le fonctionnement des zones humides ?

Posted By prlm On In Etudes et projets | No Comments

soHUMID est un projet de recherche cofinancé par l’Office français de la biodiversité, le BRGM et les bureaux d’études ECOMED et GEONORD avec comme autre partenaire le Conservatoire d’espaces naturels Nord-Pas-de-Calais, les Marais de Sacy et le syndicat Mixte Baie de Somme Grand Littoral Picard. Ce projet réunit écologues, pédologues et hydrogéologues autour d’un même objet d’étude – les milieux humides et a pour objectifs :

  1. de mettre en évidence les relations eau souterraine – sol – plante au sein de ces écosystèmes complexes. Dans cette étude, le terme « eau souterraine » fait référence à des aquifères d’extension au moins régionale définit par une ou plusieurs masses d’eau souterraine selon la définition de la Directive Cadre Eau  ;
  2. d’identifier des indicateurs et de construire une méthode d’évaluation de la contribution des eaux souterraines au bon état quantitatif des zones humides.

Cinq sites pilotes (cf. carte ci-dessous) ont été sélectionnés sur deux critères (1) une relation eau souterraine – eau de surface avérée et (2) une disponibilité des données suffisantes en écologie, pédologie et hydrogéologie pour permettre une démarche exploratoire combinant ces trois thématiques :

[35]

Ce projet a montré que chaque site est un cas d’étude spécifique en termes de fonctionnement hydrogéologique ce qui rend difficile la construction d’indicateurs communs à tous les milieux humides. Il a aussi mis en évidence la grande diversité, disparité et hétérogénéité des données et de leur bancarisation. Les données pédologiques se sont révélées être les données les moins riches voire souvent absentes bien que l’hydromorphologie des sols est un des deux critères permettant de considérer qu’une zone est humide (arrêté ministériel du 24 juin 2008 modifié [36]). Un protocole de suivi des milieux humides en interaction avec les eaux souterraines est proposé précisant les données à acquérir et les indicateurs qui peuvent être établis à partir de ces données (cf. tableau ci-dessous).

[37]

Malgré des données lacunaires, le lien entre la présence d’espèces végétales indicatrices d’une contribution des eaux souterraines et les critères pédologiques (niveau d’engorgement) du sol, a été mis en évidence et traduit la relation eau souterraine – sol – plante. Le niveau moyen de la nappe de surface dans la zone humide est corrélé avec le niveau piézométrique de la masse d’eau souterraine La végétation peut être utilisée comme indicateur de la contribution des eaux souterraines à l’échelle du site. Dans les marais de Meyranne et des Chanoines, la distribution des cladiaies à marisque et le cortège des espèces qui lui sont associées est très représentative des milieux froids connectés avec des remontées d’eaux verticales souterraines. A l’inverse, la prédominance des roselières à roseaux traduit plutôt une alimentation par des eaux turbides et chaudes de surface.

Prairie humide du Marais des Chanoines © Marc Thibault

Les corrélations entre signal piézométrique de la masse d’eau souterraine et signal piézométrique du milieu humide permet d’envisager des seuils de gestion des masses eaux souterraines par rapport au fonctionnement de milieux humides. Il est possible de mettre en relation l’évolution des conditions hydrogéologiques avec l’évolution des conditions pédologiques ou l’évolution des habitats ou des espèces du milieu humide.

Les 5 sites pilotes ne sont pas représentatifs de toute la diversité des milieux humides mais ils ont permis de mettre en évidence la faisabilité de la démarche et la pertinence de la complémentarité des approches pédologiques, écologiques et hydrogéologiques pour ces écosystèmes particuliers que sont les milieux humides. L’acquisition des données manquantes selon le protocole propoé (cf. tableau) sur les sites pilotes du projet soHUMID et d’autres sites en interaction ou non avec les eaux souterraines permettrait de construire les indicateurs proposés, les comparer et d’aller plus loin dans la caractérisation de la contribution des eaux souterraines.

 

BRGM
Chrystelle Auterives [email protected] [38]

GEONORD
Basilien Jean-Baptiste [email protected] [39],
Thomas Percheron [email protected] [40]

ECOMED
Antoine Veirman [email protected] [41]

 

Auterives, C. ; Veirman, A. ; Percheron, T. ; Basilien, J.B. (2021) – Projet soHUMID : Evaluation de la contribution des eaux souterraines au fonctionnement des milieux humides . BRGM/RP-70676-FR, 145 p. [Télécharger le pdf] [42]