Page mise à jour le 04/04/2018

PrésentationActivitésFaune – FloreProblématiqueGestionActus & docs

Retour à la cartographie des lagunes

Cliquez sur la carte pour plus de détails

Présentation

Étang de Palu
Étang de Palu © M. Garrido

Propriété du Conservatoire du littoral depuis 1994, l’étang de Palu est un site Natura 2000 depuis 1998, géré par la Collectivité de Corse et désigné site Ramsar depuis 2008. L’étang fait partie d’un chapelet de zones humides qui s’étend du Fiumorbu au Travo sur plus de 12 km de bande côtière. Il est le plus petit des quatre principaux étangs de Corse, avec une superficie de 110 hectares et une profondeur variant entre 0.5 et 1 mètre.

Il est situé sur les communes de Ventiseri et de Serra di Fium’Orbu, à proximité de la base aérienne militaire de Solenzara. Allongé parallèlement au rivage et d’origine lagunaire, l’étang de Palu est limité à l’est par un cordon littoral (le lido) d’environ 30 hectares dont plus de 8 hectares sont des dunes boisées. L’étang est limité au nord par un des plus grands ensembles de sansouires de Corse (42 hectares). Une presqu’île arborée (Isola), qui part de la rive ouest, sépare l’étang en deux. Elle est essentiellement occupée par une suberaie, alors que les parties ouest et sud de l’étang portent essentiellement des maquis plus ou moins denses selon les secteurs. Le fond de l’étang, peuplé d’herbiers, est constitué d’une vase riche en matière organique. Seules les rives comportent une phase grossière (sable à l’est au niveau du lido, gravier à l’ouest et la partie nord-est constituée par des limons et des sols asphyxiques type solontchack).

La communication avec la mer est temporaire et se fait par l’intermédiaire d’un grau semi-naturel, situé à l’extrême sud de l’étang. L’entretien de l’embouchure est assuré par la Collectivité de Corse, gestionnaire du site, dans le but d’assurer le bon état écologique et ainsi répondre aux besoins de l’activité halieutique. Une zone de débordement existe dans la partie médiane du lido. L’étang est alimenté en eau douce par six petits ruisseaux qui recueillent les eaux du bassin versant. Ce dernier est peu important (31 km2).

La valeur écologique du site réside principalement dans la juxtaposition, sur un espace relativement restreint, de biotopes très variés, qui forment une mosaïque de milieux allant du plus aride au plus humide, du plus doux au plus salé.

Par ailleurs, il existe d’importantes relations entre les zones humides environnantes (aux conditions écologiques et aux milieux très différents) pour la nidification et l’alimentation des oiseaux d’eau.

Activités

Le bassin versant de l’étang est peu urbanisé et l’agriculture occupe environ 23 % du territoire. L’étang de Palu et ses abords accueillent diverses activités agricoles, piscicoles ou de loisirs.

Depuis 1985, un pêcheur professionnel est présent sur l’étang. Cette activité professionnelle est encadrée par une convention liant le pêcheur au gestionnaire et au propriétaire. Le matériel utilisé correspond à une technique traditionnelle de pêche des étangs de Corse et d’Italie. Les engins de captures (verveux, bordigues) sont disposés sur la rive est du plan d’eau en juillet et retirés entre janvier et février. Cette pratique facilite la circulation des eaux et assure un repos halieutique bénéfique à la reproduction. La production halieutique est comprise entre 50/80 kg/ha/an. Elle repose principalement sur l’anguille (Anguilla anguilla), le muge (Mugil cephalus) et les mulets (Chelon labrosus et Liza sp.). La production de « poutargue » (gonades sèches de muge) apporte un revenu complémentaire au pêcheur.

Une convention d’usage agricole permet à un éleveur bovin de pâturer les prairies humides au nord de l’étang, permettant ainsi une ouverture du milieu favorable à la biodiversité et à la préservation du paysage de bocage caractéristique de ce lieu.

Le site est fréquenté par les chasseurs. Les activités de loisirs ont principalement lieu sur le lido. Le public y vient essentiellement pour la baignade ou pour la pêche en mer, uniquement, depuis le rivage.

Un projet pédagogique est en cours de réalisation sur la presqu’île. Il vise à faire connaître le milieu lagunaire et les techniques de pêche traditionnelle par le biais d’un parcours de découverte approuvé par des documents pédagogiques destinés aux enseignants et aux élèves. Chaque année, la Collectivité de Corse en partenariat avec le Parc naturel régionale de Corse, assure l’accueil de scolaires dans le cadre des « trophées du développement durable ». Les scolaires de la microrégion, mais également de la Haute-Corse, peuvent ainsi découvrir ce site remarquable. Des visites guidées ou des journées « portes ouvertes » sont également organisées par le gestionnaire dans le cadre de manifestations telles que les Journées mondiales des zones humides.

Infrastructures liées à l’activité de pêche conventionnée sur l’étang de Palu © M. Garrido

Faune – Flore

Sur cette zone humide, trois grands types de végétation ont été observés. Ces végétations sont dépendantes des conditions écologiques distinctes, liées à la salinité, aux cycles d’immersion-exondation et à la présence ou non d’apports d’eau douce favorisant le dessalement. On peut donc distinguer :

  • les herbiers denses de phanérogames aquatiques (Ruppia cirrhosa dominant l’étang), qui occupent le fond de l’étang et qui jouent un rôle important dans l’écologie du plan d’eau ;
  • la végétation halophile (e.g. sansouires, jonçaies, tamaricaie) qui représente une zone d’un grand intérêt pour l’avifaune ;
  • et la végétation dulçaquicole, surtout constituée de roselières, aux embouchures des ruisseaux.

On trouve également :

  • des groupements végétaux inféodés aux milieux dunaires, sur le cordon littoral ;
  • des maquis plus ou moins haut et des suberaies, à l’arrière du lido et sur la presqu’île ;
  • des prairies ;
  • des haies à aulnes glutineux (Alnus glutinosa) et fougère aigle (Pteridium aquilinum) au bord des ruisseaux ou canaux et à Rubus ulmifolius, Prunus spinosa et Pteridium aquilinum dans les endroits les plus secs ;
  • quelques spécimens de genêts de l’Etna (Genista aetnensis) sur le lido. Cette espèce fait l’objet d’un suivi scientifique, de mesures de protection et de renforcement menés dans le cadre d’une convention tripartite entre la Collectivité de Corse, le Conservatoire du littoral et l’Office de l’Environnement de la Corse ;
  • ainsi qu’une population d’Hibiscus à cinq fruits (Kosteletzkya pentacarpos).

On observe au niveau de la lagune une avifaune variée : 61 espèces inféodées aux milieux humides se répartissant en 3 catégories :

  • 11 espèces nicheuses ;
  • 29 espèces estivantes ou migratrices ;
  • et 32 espèces hivernantes (e.g. ardeidés, foulque macroule).

Les inventaires de l’avifaune, sur la partie terrestre, montrent également la présence de 53 espèces supplémentaires, dont 39 nicheuses. Des comptages ornithologiques sont menés par le gestionnaire dans le cadre du programme européen Life + Envoll.

Les enjeux majeurs du site résident dans l’originalité de la flore et la relative diversité des oiseaux d’eau. Cependant, sa richesse en chiroptères (14 espèces recensées dont 5 d’intérêt communautaire), poissons (e.g. aphanius de Corse, anguille), reptiles (e.g. tortue d’Hermann, cistude) lui confère un intérêt écologique important.

Problématique

Le grau est la clé de voûte de l’étang. Il est temporaire et les ouvertures ou fermetures s’effectuent soit naturellement, soit artificiellement, afin d’assurer une gestion efficace de la pêche. Le grau est entretenu par le gestionnaire, afin de maintenir un échange entre l’étang et la mer. Cette gestion s’avère nécessaire pour assurer le renouvellement des eaux, et donc permettre une certaine oxygénation en période estivale et également pour procurer à l’étang la population d’alevins et de migrateurs marins qui vont le peupler principalement au printemps.

  • De nombreux incendies se sont succédés sur le site et dans ses environs, notamment sur la façade ouest de l’étang, au niveau de la presqu’île. Ces incendies détruisent régulièrement une partie des peuplements de chêne-liège et du maquis. L’entretien des bandes débroussaillées instaurées est assuré régulièrement.
  • Augmentation progressive de la fréquentation estivale sur le lido. A l’acquisition, par le Conservatoire du littoral, une dégradation de la végétation du lido, milieu fragile et d’un grand intérêt patrimonial, était occasionnée par la circulation de véhicules tous terrains. Après son achat, le Conservatoire du littoral a entrepris des travaux pour empêcher la circulation de véhicules sur le lido et le stationnement anarchique, notamment en fermant certains accès et en aménageant des aires de stationnement intégrées en retrait du cordon. Cette pratique a aujourd’hui disparu. Cependant, après ces aménagements, qui ont permis de canaliser les pratiques sur le site, la fréquentation estivale a nettement augmenté.
  • Pendant de nombreuses années, le pêcheur, qui ne disposait pas d’infrastructures adaptées, a entreposé, à l’extrémité de la presqu’île autour de son habitation, des camions frigorifiques et des cabanes de chantier délabrées permettant d’entreposer son matériel et le produit issu de sa pêche. Ces installations précaires ont eu un effet négatif sur le paysage. Après l’achat par le Conservatoire du littoral, un plan d’aménagement a été réalisé, plus en accord avec la qualité paysagère du site. A ce jour, une remise en état a été effectuée.

Gestion

Étang de Palu
Étang de Palu © PNR de Corse

En 1993, la Collectivité de Corse (ex Conseil Départemental de la Haute-Corse) a acquis ce site de 212 hectares, englobant l’étang de Palu et ses abords. Le site a été rétrocédé, en 1994, au Conservatoire du Littoral. Ce dernier a mis en place un programme d’études afin (i) d’établir un état des lieux, (ii) de comprendre le fonctionnement écologique de ses habitats naturels, et (iii) d’inventorier les activités humaines et les problèmes de gestion. Ces études ont permis de déboucher, avec les divers partenaires concernés, sur un programme d’aménagement et de gestion de l’étang.

Le site bénéficie actuellement d’un DOCOB dans le cadre du réseau Natura 2000. Ce document, réalisé en 1998 par l’Agence pour la Gestion des Espaces Naturels de la Corse, constitue également le plan de gestion de l’étang. Ce document identifie cinq enjeux majeurs :

  •  le maintien de la qualité écologique de l’étang et des potentialités halieutiques;
  • le maintien de la diversité biologique et de la restauration des habitats dégradés;
  • la préservation des qualités paysagères du site;
  • le maintien des activités halieutiques et agricoles traditionnelles;
  • et l’organisation de l’accueil du public et de la sensibilisation.

Jusqu’au 31 décembre 2017, le Conseil Départemental de la Haute-Corse était gestionnaire du site dans le cadre d’une convention reconduite en 2006 entre les deux partenaires. Suite à la réforme institutionnelle opérée en Corse au 1er janvier 2018 (fusion des collectivité départementales et régionale), la gestion a naturellement été transférée à la Collectivité de Corse. Un service, au sein de la Collectivité de Corse, est dédié à la gestion des terrains du Conservatoire du littoral et compte actuellement 28 personnes, dont 6 personnes à temps plein sur les sites situés au sud la plaine orientale. Ces gardes territoriaux du Conservatoire du littoral assurent les missions de gestion suivantes : surveillance, information du public, entretien du site et des aménagements et des suivis scientifiques. Ces actions correspondent ainsi aux orientations prévues par le plan de gestion.

 

Partenaires techniques et financiers :

  • AERMC
  • IFREMER
  • Conservatoire botanique de Corse
  • Services techniques de la Collectivité de Corse
  • Parc Naturel Régional de la Corse
  • DREAL
  • DDTM (service maritime)
  • Communes
  • Association des amis des marais du Vigueirat dans le cadre du programme Life + Envoll
  • Etc.

 

Sources : Matthieu Zanca Rossi (Conservatoire du Littoral), Stéphanie Marchetti (Collectivité de Corse) et Marie Garrido (Office de l’Environnement de Corse)

 

news

ACTUALITES : Voir l’ensemble de nos actualités sur l’étang de Palu

DOCUMENTATION : Voir l’ensemble de nos documents sur l’étang de Palu (base documentaire)

 

Acteurs :

En savoir plus sur le site :