Une Bergeronnette citrine juvénile baguée sur la Réserve Nationale du Bagnas (34) !

Une capture exceptionnelle réalisée le 4 septembre dernier

Date de publication : 30/09/2016

Le 4 septembre dernier, l’équipe de bagueurs qui opérait dans la Réserve Nationale du Bagnas a capturé une Bergeronnette  citrine juvénile (Motacilla citreola). Pour les ornithologues, ceci est tout à fait exceptionnel car cet oiseau niche en Russie et migre en hiver en Asie du sud-est.

L’identification de cet oiseau rare en France a été officiellement confirmée par les spécialistes du Museum d’Histoire Naturelle de Paris.

Il s’agit de la seconde capture de cet oiseau en France depuis l’an 2000 (source : MNHN).

LES PETITS OISEAUX DU BAGNAS
Dans la Reserve  Nationale du Bagnas, entre Agde et Marseillan, que ce soit l’été ou l’hiver, le gestionnaire de la Réserve compte chaque semaine le nombre d’oiseaux qui séjournent sur les plans d’eau. Mais si les canards, hérons, mouettes et autres cormorans sont faciles à identifier et compter, qu’en est ’il des oiseaux plus petits qui se cachent discrètement dans la roselière ?
C’est une équipe de bagueurs accrédités par le Museum National d’Histoire Naturelle de Paris qui s’en charge chaque année pendant deux semaines.
Dès six heures du matin, ils tendent leurs filets, au cœur de la roselière, pour capturer ces petits migrateurs qui ont pour  nom Rousserolle effarvatte, Gorgebleue à miroir ou Phragmite des joncs.
Bernard Chanchus, le bagueur et Thomas Vulvin son assistant sont aux petits soins pour ces oiseaux :
« Nous sortons les oiseaux des filets aussi délicatement que possible, puis nous les identifions, les mesurons et leur posons une bague numérotée » explique Bernard.
« Notre soucis majeur est la santé de l’oiseau, il doit reprendre sa liberté dans le même état où il était avant d’être capturés » précise le jeune Thomas, étudiant en Master à Toulouse.
Ces petits oiseaux reprendront bien vite leur voyage vers l’Afrique pour passer l’hiver au chaud et reviendront au printemps pour construire leur nid et élever leurs oisillons.
Et Bernard d’ajouter : « Nous capturons régulièrement des oiseaux déjà bagués en Grande Bretagne, Belgique, Hollande, Espagne ou Slovénie. Ceci nous renseigne sur leur origine, leur vitesse de déplacement et le temps qu’ils passent dans la Réserve pour se reposer et se nourrir. »
La Réserve du Bagnas représente pour eux une étape majeure sur leur route migratoire.
C’est cette partie du territoire national que le Conservatoire du Littoral et l’ADENA s’efforcent de préserver contre vents et marées.