Les Sentiers de l’Eau : valoriser la Camargue à travers un parcours artistique (13)

Une méthode participative pour construire une relation durable avec ce territoire

 

Dans le cadre des missions du Parc naturel régional de Camargue et des objectifs fixés dans sa nouvelle charte pour la période 2010-2022, le projet des « Sentiers de l’eau » est né d’une volonté commune d’un groupe de partenaires de valoriser le territoire camarguais à travers un parcours artistique suivant le fil de l’eau, du Rhône à la mer. Une telle opération d’aménagement culturel permettait ainsi de faire participer des habitants, des professionnels et des acteurs du territoire à la construction d’un projet permettant à tous de prendre de la hauteur et d’aider chacun à mieux comprendre les enjeux d’un territoire et les interactions homme/nature qui l’ont fondé.

 

Ainsi ce projet ambitieux a vu le jour en 2010, grâce notamment à la dynamique initiée par le partenariat entre l’action Nouveaux commanditaires de la Fondation de France et Marseille-Provence 2013. Cette initiative a pris la forme d’une vaste commande, confiée à l’artiste japonais Tadashi Kawamata. Quant à la médiation et la production de ces commandes, elles ont été confiées au Bureau des compétences et désirs.

 

La vision d’un artiste Inspiré de l’histoire du territoire

C’est en 2009, à l’occasion de sa venue au Château d’Avignon qu’émerge une première réflexion de Tadashi Kawamata sur le territoire du Parc naturel régional de Camargue. Comme pour la promenade et le belvédère installé sur la Loire, dans le cadre du parcours artistique L’Estuaire (2006/2009), Tadashi Kawamata souhaite inviter les habitants et les visiteurs de la Camargue à prendre de la hauteur autour de points de vue inédits et poétiques sur un paysage aquatique insaisissable.

 

Au fil de ses visites en Camargue, Tadashi Kawamata, s’est nourri de l’histoire des sites et du désir de renouer aujourd’hui avec le fleuve et de le rendre visible aux visiteurs. Début 2010, l’artiste japonais est alors sollicité pour créer un parcours jalonné de six œuvres d’art, entre sculpture et architecture, qui mettrait en valeur le paysage et le patrimoine camarguais et donnerait à voir une autre Camargue, au-delà de celle idéalisée, dite "sauvage".

 

Lors d’une première phase de recherche et de réflexion, l’artiste a sélectionné plusieurs sites – le quai Saint-Pierre à Arles, la Grande Montlong, le Mas Neuf du Vaccarès, le Château d’Avignon, le Mas du Pont de Rousty et Salin-de-Giraud – qui constitueraient comme des étapes le long d’un sentier, un cheminement qui débuterait dans les terres pour progresser vers la mer, passant d’un type de paysage à l’autre, de l’eau douce à l’eau salée, des marais et des étangs à la mer , d’un type d’activité humaine à l’autre.

 

 

 

Les Sentiers de l’Eau doit mener à l’implantation de six oeuvres créées in situ dans plusieurs lieux choisis pour leur représentativité de la variété des paysages de Camargue :

> Le Château d’Avignon : un paysage maîtrisé et anthropisé grâce à la présence d’eau douce en abondance et d’un système d’irrigation perfectionné mis au service d’un objectif de confort et d’aménagement.

> Le Mas du Pont de Rousty, siège administratif du Parc naturel régional de Camargue : un paysage de mas agricole avec les bâtiments types (bergerie, hangar, cave, habitation), les espaces cultivés, les équipements hydrauliques et les zones d’élevage (sansouire et roselière).

> Le Mas Neuf du Vaccarès : un paysage interface entre la Camargue d’influence d’eau douce

agricole et la Camargue salée avec vue sur l’étang central emblématique du Vaccarès.

> La prise d’eau de la Grande Montlong : un paysage du Grand Rhône, sur la digue, où l’on découvre les aménagements hydrauliques structurants du delta.

> Le quai Saint-Pierre à Arles : un paysage urbain situé en aval de la séparation entre Grand et Petit Rhône qui marque l’entrée en Camargue.

> Salin-de-Giraud : un paysage de salines, dominé par l’influence salée très forte et les aménagements liés aux activités industrielles autorisées par cette ressource.

 

 

Des workshops pour avancer dans la réflexion

Pour appréhender et étudier la richesse et la complexité du delta, des workshops qui favorisent l’échange et la réflexion autour du projet sont régulièrement organisés, réunissant l’artiste et des étudiants en art, architecture et paysage. Cette méthode participative permet également de construire une relation durable avec ce territoire, pour que la Camargue devienne un grand “atelier” le temps du projet.

Deux workshops ont déjà eu lieu en mai 2011 à Salin-de-Giraud et en novembre 2011 au Mas du Pont de Rousty.

 

>> Ci-contre, la maquette de la proposition élaborée pour le Mas neuf de l’étang du Vaccarès, fruit de la réflexion menée lors du workshop de Salin de Giraud en mai 2011. En savoir plus : Vidéo du workshop sur le site du Bureau des compétences et désirs (BCD) :

 

Pour 2013…la construction de l’œuvre Horizons

La réalisation de sa première étape, Horizons, proposition émanant des réflexions du workshop au Masdu Pont de Rousty s’inscrit dans le cadre de l’action Nouveaux commanditaires proposée par la Fondation de France et de la programmation de Marseille-Provence 2013, Capitale Européenne de la Culture. Cette étape bénéficie également du soutien de la Ville d’Arles, du Ministère de la Culture et de la communication, du Conseil Régional PACA et du Conservatoire du littoral.

 

>> ci-contre : L’oeuvre Horizons qui sera installée au Musée de la Camargue, géré par la Parc naturel régional. Tadashi Kawamata a proposé une oeuvre dans laquelle le spectateur pénètre et circule. Il peut aussi bien la regarder de dehors que de l’intérieur, multiplier les points de vue.

Elle est une porte ouverte sur le sentier de découverte du musée. En tant que promontoire, cette oeuvre constitue un signal : vue depuis la route nationale, elle invite l’automobiliste à s’arrêter et à découvrir le musée et le sentier ; vue depuis le sentier, elle sert de point de repère au randonneur.

 

Du 20 févier au 2 mars 2013,l’artiste Tadashi Kawamata réunira à nouveau une vingtaine d’étudiants lors d’un workshop qui se tiendra au Mas du Pont de Rousty, où se situe le musée pour la construction de l’œuvre Horizons, qui sera inaugurée le 2 mars dans le cadre de Marseille-Provence 2013…

 

Un prolongement de cette activité culturelle à destination des scolaires :

Le Parc naturel régional de Camargue propose une offre éducative de nature culturelle et patrimoniale à partir du Musée de la Camargue: des visites pédagogiques sont mises en œuvre autour de thématiques illustrant le rapport homme/nature sur le territoire. Avec, ou sans atelier, elles permettent de mieux comprendre le patrimoine culturel de la Camargue et la manière dont les hommes façonnent et ont façonné un milieu à la fois riche et fragile.

Pour réaliser sa nouvelle exposition intitulée « Le fil de l’eau… le fil du temps en Camargue » le musée a fermé ses portes jusqu’en novembre 2013, en attendant un programme éducatif est proposé autour du sujet des « Sentiers de l’eau »,où les enfants auront l’occasion de s’exercer dans des ateliers à la création d’œuvres à la manière « Tadashi Kawamata » et les exposeront en fin de programme.

 

Crédits photos et images : Olivier Bedu / Tadashi Kawamata / Musée et PNR de Camargue

>>Contact sur le projet artistique : Estelle Rouquette, 04 90 97 93 91

 

Soutien :

 

 

  

 

1. Un protocole de production artistique innovante

La Fondation de France soutient des projets concrets et innovants qui répondent aux besoins des personnes face aux problèmes posés par l’évolution rapide de la société.  L’action Nouveaux commanditaires proposée par cette fondation permet à des citoyens confrontés à des enjeux de société ou de développement d’un territoire, d’associer des artistes contemporains à leurs préoccupations en leur passant commande d’une oeuvre. Son originalité repose sur une conjonction nouvelle entre trois acteurs privilégiés : l’artiste, le citoyen commanditaire et le médiateur culturel agréé par la Fondation de France, accompagnés des partenaires publics et privés réunis autour du projet.

 

2. Un projet inséré dans la programmation de Marseille-Provence 2013

Cet évènement mettant en lumière le thème de la Méditerranée, le dialogue des 2 rives, le « partage des midis » propose une programmation riche d’expositions, de festivals, d’ateliers de participation citoyenne, de commandes artistiques..., dans laquelle s’insère une traversée de l’ensemble du territoire par plusieurs projets mobiles ou projets circulants qui inscrivent l’idée de parcours et de mobilité au coeur de cette capitale sur toute l’année 2013. Ce sera par exemple le GR2013 qui traverse les zones humides de l’est à l’ouest de l’étang de Berre.

Ces projets circulants permettront à des publics très éclatés de partager des moments placés sous le signe de la rencontre. Le mouvement et la mobilité, entendus dans tous les sens du terme, sont au coeur de la capitale européenne de la culture.