NATURA 2000 : La protection durable de la lagune de Thau est lancée (34)

 Le document d'objectifs vient d'être approuvé (février 2012) 

 

Sur le bassin de Thau, le programme européen Natura 2000 entre dans sa phase opérationnelle. Deux ans après le lancement de la démarche et quelques études et diagnostic plus tard, l’ensemble des actions de sauvegarde des espaces naturels vient d’être approuvé… avec le blanc-seing de l’ensemble des acteurs du territoire.

Du « sur mesure » pour l’aquarium naturel  le plus fascinant de la Région.

Les premières mesures sont attendues durant l'été 2012.

 

Pourquoi une démarche Natura 2000 à Thau ?

Un milieu unique

 

En la matière, sa réputation n’est plus à faire. La lagune de Thau présente un intérêt patrimonial majeur.

Les milieux naturels qui la façonnent sont de véritables réserves en matière de biodiversité et de production biologique autour desquelles se sont bâties les activités traditionnelles de pêche et conchyliculture. Une double importance écologique et économique qui en fait un enjeu de préservation de premier plan.

Sa valeur environnementale repose d’abord sur les zones humides qui bordent le bassin. Et qui dit zone humide dit site propice à la nidification de très nombreuses espèces d’oiseaux.

A cette abondance terrestre, il convient d’ajouter une autre richesse, sous-marine cette fois, formée par l’un des plus grands herbiers d’Europe, « les poumons verts » de la lagune. Signe distinctif, ces prairies immergées combinent la triple fonction de nurserie, zone de frayère et d’habitat privilégiée pour de nombreuses espèces de poissons.

C’est ce patrimoine qui a motivé le classement de la lagune de Thau en site Natura 2000 par l’Europe.

 

 

Pas de mise sous cloche mais des mesures de conservation durable

 

 

Il ne faut pas s’y méprendre. Ce classement ne signifie pas la mise sous cloche de la lagune. Pas de création de sanctuaire marin dans le viseur mais simplement l’idée de définir des équilibres entre les enjeux de conservation de la biodiversité et les besoins socio-économiques liés à la pêche, à l’ostréiculture et aux loisirs.

D’ailleurs, et c’est suffisamment rare pour être souligné, toutes les mesures à venir ont été proposées et approuvées par les usagers des sites – pêcheurs et producteurs compris- associés tout au long du processus au sein de groupes de travail, et véritables partenaires du programme Natura 2000.

 

 

Coup de projecteur sur les 2 sites classés 

Signe de reconnaissance, c’est l’Etat lui-même qui a proposé à l’Europe le classement de deux sites.

Acétabulaire ombrelle © SMBT

- Les herbiers de l’étang de Thau sont classés Sites d’Importance Communautaire, au titre de la Directive Habitat.

Couvrant près d’un tiers de la lagune (2400 hectares), ils constituent des refuges particulièrement prisés par les animaux. Leur développement exigeant une eau de bonne qualité, ils sont également de très bons indicateurs de la bonne santé de la lagune.

Leur état de conservation dans le bassin est jugé satisfaisant mais leur fragilité nécessite suivi régulier et traitement de fond.

- L’étang de Thau et le lido de Sète à Agde classé Zone de Protection Spéciale, au titre de la Directive Oiseaux.

Au total 8300 hectares répartis sur 9 communes. Outre la lagune elle-même, le classement concerne 14 zones humides (sansouïre, roselières, plages, dunes), lieux de prédilection pour la nidification des oiseaux. Elles sont classées sites d’importance internationale pour le flamant rose et accueillent 15 espèces d’oiseaux sous protection européenne.

 

 

Des actions de conservation sur mesure pour la lagune 

L’Europe au chevet du malade ? Non, le patrimoine lagunaire se porte plutôt bien. Il s’agit plus d’anticiper pour assurer le plus bel avenir à la lagune. Tel est en tout cas l’ordre de mission donné au syndicat mixte du bassin de Thau tout naturellement chargé d’élaborer le programme Natura 2000 de Thau et, à partir de maintenant, de l’animer.

Conserver durablement la biodiversité remarquable de la lagune de Thau, c’est en une phrase le sens du document d’objectifs (DOCOB) qui vient d’être approuvé et qui se décline en actions.

55 actions étalées sur six ans et une ambition commune : préserver les habitats naturels et les espèces ; avec, à la clé, des moyens financiers de l’Etat et de l’Europe pour aider les pêcheurs, agriculteurs et autres acteurs du territoire à mettre en œuvre les objectifs.

Revue de détail :

La première – dans la liste – concerne les herbiers et prône la limitation des produits phytosanitaires et des engrais synthétiques, néfastes pour leur état de santé.

Des actions expérimentales aussi pour lutter contre la malaïgue, comme la collecte des algues indésirables qui envahissent les herbiers, ou, dans un autre registre, la mise en place d’une politique d’organisation des sports et activités de nature dans la lagune. Le principe de la découverte demeure mais il ne doit pas remettre en cause la préservation du patrimoine. Ces opérations sont toutes subventionnables par l’Europe.

 

L’accent sur l’information  et la sensibilisation…

A côté des mesures de conservation strictes, le programme Natura 2000, basé sur le volontariat, fait une large place aux actions de communication.

Ainsi, et c’était un souhait de leur part, les professionnels pourront bénéficier d’un appui pour animer des journées de sensibilisation.

Une stratégie globale de communication sera déclinée sur site, auprès des acteurs, utilisateurs et dans les écoles ; l’éducation restant encore l’un des moyens les plus efficaces pour inculquer le respect.

 

 

  • En savoir plus

Télécharger le dossier de presse

 

  • Contact presse

Stéphanie Bertrand

Syndicat mixte du bassin de Thau

04 67 74 61 60