Restauration d’un système dunaire sur une friche agricole, à l’Espiguette (30)

Bilan de 2 campagnes de suivis faune, flore et habitats naturels

Date de publication : 14/02/2013

Dans les années 1950, la mise en culture pour la viticulture et l’asparagiculture de la parcelle des Baronnets, d’une superficie de 30 ha et propriété du Conservatoire du littoral, a provoqué un arasement et un drainage des massifs dunaires.

Suite à l’abandon des cultures, le site a évolué en friche agricole. L’expérimentation menée en 2007 par le Syndicat Mixte pour la protection et la gestion de la Camargue gardoise (SMCG) avait pour objectif la restauration d’un système dunaire fonctionnel. Ces travaux ont été réalisés en application de l’Objectif de Conservation n°1 du DOCOB “Petite Camargue” et financés dans le cadre du programme Natura 2000.

Le Conservatoire d’espaces naturels du Languedoc-Roussillon (CEN L-R) a été mandaté dès 2009 pour évaluer cette action via le relevé et le suivi de 5 indicateurs biologiques. Le bilan de ces suivis est aujourd'hui disponible.

 

Les travaux de restauration menés en 2007 ont consisté à :

  • reboucher l’ensemble des drains,
  • griffer la parcelle pour que le sable soit mobilisable et pour que la végétation de friche soit éliminée,
  • créer 8 arcs dunaires avec du sable prélevé sur place, avec une orientation réalisée en adéquation avec la morphologie des systèmes dunaires présents à proximité de la parcelle,
  • creuser des dépressions à proximité de chaque arc dunaire.

Dès 2009, le SMCG a souhaité évaluer ces actions et a mandaté le CEN L-R pour réaliser 2 campagnes de suivis (2009 et 2012).

Cinq groupes biologiques pertinents au regard des milieux dunaires ont été retenus comme indicateurs avec les moyens suivants : relevés floristiques via des placettes permanentes, cartographie des habitats naturels, prospections des amphibiens ciblant les adultes chanteurs, les pontes et les larves, prospections des coléoptères via des quadrats et prospections des orthoptères via des transects.

 

Aujourd’hui, suite aux 2 campagnes de suivi financées dans le cadre de Natura 2000, plusieurs constats peuvent être faits :

  • Les dépressions humides créées lors des travaux ont permis l’apparition de plusieurs zones de reproduction très intéressantes pour les amphibiens (Pélobate cultripède, Grenouille de Pérez, Grenouille de Graf, Rainette méridionale…). Ces observations confirment l’importance de ce site pour la conservation des batraciens menacés du Languedoc-Roussillon. De plus, plusieurs espèces patrimoniales intéressantes bénéficient de ces zones humides restaurées. On a ainsi pu y observer en 2012, le Criquet des marais (Chorthippus jucundus), espèce considérée comme déterminante ZNIEFF, strictement associée aux dépressions humides.
  • Les arcs dunaires créés lors des travaux ne permettent pas, en l’état, l’expression d’un cortège faunistique et floristique dunaire et n’ont pas initié de dynamique dunaire. En effet, les arcs dunaires sont trop végétalisés avec la présence de nombreuses espèces rudérales. Le milieu arrière-dunaire reste de médiocre qualité. Il manque encore plusieurs espèces d’orthoptères caractéristiques du cortège des dunes.
  • Une reprise importante des peupliers, qui constituaient les haies brise-vent agricole et dont les branches coupées ont été utilisées pour combler les drains, a été observée. Une évacuation et élimination totale de cette espèce aurait été nécessaire, de même qu’une élimination de l’ensemble des espèces envahissantes du site (olivier de Bohême, canne de Provence).
  • Le maintien de barrières végétales sur les bordures de la parcelle ont limité les échanges avec les parcelles avoisinantes et ont diminué la capacité de retour du dynamisme dunaire. Il aurait été nécessaire de supprimer l’ensemble des obstacles écologiques aux contacts des parcelles limitrophes pour favoriser les échanges avec les milieux dunaires en bon état.
  • Dans les zones peu travaillées topographiquement (zones planes), on a observé un retour rapide de la végétation de friche (lié à l’expression de la banque de graines du sol), nécessitant un griffage répété. Un réseau de micro-dunes aurait peut-être permis de limiter ce retour de la végétation rudérale. Les travaux menés dans ce sens sur la parcelle avoisinante de Terre Neuve permettront d’évaluer ce type de restauration.

 

En conclusion, ces suivis ont permis de prendre du recul sur les travaux réalisés en 2007, d’acquérir une expérience solide et d’améliorer le protocole des travaux de restauration dunaire menés dans le cadre du programme Life+ Lag’Nature sur les friches de Terre Neuve à l’automne 2012.

Par ailleurs, une nouvelle campagne de travaux sur ce site permettrait d’améliorer les mares et zones humides, en intégrant la gestion des ligneux et la reprise des arcs dunaires.

La reprise des travaux est conditionnée et intégrée dans les travaux de restauration du second cordon dunaire portés en maîtrise d’ouvrage par la commune du Grau du Roi.

 

  • Contact
Lucie Labbé
Chargée de mission Natura 2000  au Syndicat Mixte de la Camargue Gardoise
04 66 73 52 05

 

  • En savoir plus

Site Internet du Syndicat Mixte de la Camargue Gardoise

 

Crédits Photos : Syndicat Mixte de la Camargue Gardoise