Swiss replica watches uk has also rolex replica been able to return to the consumer's vision, but also for the swiss replica watches revival of the Swiss mechanical watch A certain breitling replica basis.
 Le point sur la contamination des canaux et étangs de Camargue | Pôle-relais lagunes méditerranéennes

Le point sur la contamination des canaux et étangs de Camargue

Note de synthèse de la SNPN Réserve Naturelle Nationale de Camargue

Date de publication : 3/07/2014

 

L'interconnexion des zones humides avec des zones agricoles adjacentes conduit à une contamination chronique des écosystèmes aquatiques et de leurs réseaux trophiques.

En raison de leur position de réceptacle des eaux de drainage des exploitations rizicoles et des eaux de ruissellement des autres agrosystèmes, les étangs camarguais (Étang de Vaccarès et des Impériaux notamment) sont particulièrement menacés. Ils reçoivent des résidus de traitement de produits agrochimiques de manière continue ou intermittente, auxquels s’ajoutent les polluants transportés par le Rhône, dont l’eau est captée pour l’irrigation. A ces apports hydrologiques s’ajoute également le transfert atmosphérique de produits organiques industriels ou agricoles.

Ces substances sont bioaccumulées dans les organismes à tous les niveaux du réseau trophique. Les plus persistants, comme les PCB ou autres substances organochlorées, sont bioamplifiées et/ou se retrouvent dans les couches sédimentaires. Ces étangs reçoivent par ailleurs de l’azote et du phosphore, voire des charges organiques importantes liées aux habitations groupées ou isolées, ces contaminants étant susceptibles de provoquer des phénomènes d’eutrophisation.

On peut considérer que quatre phénomènes convergents contribuent à la mise en danger du système Vaccarès :

  • L’apport d’intrants agricoles qui varie en fonction des pratiques culturales (alternance de périodes de mise en eau et d’assèchement) 
  • Le volume d’eau excessif du principal canal (Fumemorte) se déversant dans l’étang de Vaccarès et drainant les effluents agricoles
  • L’accumulation dans les couches sédimentaires de substances à caractère rémanent et de leurs produits de dégradation dont l’évacuation ne peut pas être assurée, compte tenu du caractère protégé du site (dégradation des fonds et coûts importants).
  • La difficulté croissante pour évacuer les eaux des étangs vers la mer du fait de l’élévation du niveau marin. Le confinement des étangs est de ce fait de plus en plus marqué, limitant les possibilités de dilution de la contamination.

 

 

Projet Fumemorte 

Le suivi scientifique de la RNN de Camargue a mis en évidence en 2008 et 2009 un effondrement de la surface des herbiers de zostères de l’étang du Vaccarès (espèce protégée et habitat prioritaire au titre de la Directive Habitats). Ne pouvant l’expliquer par une modification de niveau ou de salinité, nous avons émis l’hypothèse d’un lien avec les apports de pesticides et de nutriments en provenance du canal du Fumemorte, d’autant plus que cette disparition de l’herbier affectait principalement la moitié est de l’étang correspondant à l’embouchure dudit canal.

Proposé par la Société Nationale de Protection de la Nature, un projet associant gestionnaires, scientifiques et agriculteurs à pu être financé dans le cadre du contrat de delta porté par le PNRC. La SNPN s’est chargée de la partie suivi de la contamination dans les canaux et étangs, assurant la collecte des échantillons, la mise en forme et la synthèse des résultats d’analyse, assistée par des experts reconnus pour l’interprétation des impacts environnementaux.

 

Les principaux enseignements de trois années de suivis sont :

 

Présence importante dans l’eau de pesticides interdits en France:

  • 11 molécules et métabolites de pesticides interdits en France détectés
  • Atrazine (et métabolite) : interdite depuis 2003, mais présente dans les canaux et étangs
  • DNOC (dinitro-ortho-crésol), herbicide et insecticide interdit depuis 1999 : apparait en 2013
  • Pretilachlore, interdit depuis 2007 : usage local en 2011 (bassin du Fumemorte) et 2013 (bassin du Versadou)
  • Propanil (et métabolites), interdit depuis 2008 : retrouvés en quantité chaque année dans les deux bassins : jusqu’à 78 fois la NQE* dans le Versadou
  • Dichlorvos, Secbumeton et Simazine : une seule détection en 2012

Toutes ces molécules sont d’origine locale, aucune n’étant présente dans le Rhône (données publiques de l’Agence de l’Eau concernant le point d’échantillonnage de l’eau du Rhône à Arles)

 

Présence à des concentrations élevées de pesticides non autorisés en riziculture :

  • Glyphosate (et son métabolite AMPA) : origine en partie rhodanienne, mais jusqu’à 5 fois plus concentré (5 fois la NQE* pour le Glyphosate, 19 fois pour l’AMPA)
  • Dimethenamide (isomère P) : très fortes concentrations en avril 2012 (100 fois la NQE* !) ; origine en partie rhodanienne mais essentiellement locale
  • Trichlopyr : détecté en été à des concentrations élevées
  • Chlorotoluron, Fosetyl aluminium : origine rhodanienne probable

 

Fortes concentrations dans les canaux de pesticides autorisés en riziculture :

  • Azimsulfuron : jusqu’à 2 fois la PNEC*
  • Azoxystrobine : jusqu’à 3 fois le NQE*
  • Flufenacet : jusqu’à 6 fois la PNEC*
  • Oxadiazon :  jusqu’à 17 fois la NQE*
  • Penoxsulam : jusqu’à 13 fois la PNEC*

 

Présence de résidus d’herbicides dans les canaux en période hivernale

Bentazone, 2.4-MCPA, DNOC, AMPA, Chlorotoluron, oxadiazon sont encore détectés dans les canaux en hiver, particulièrement à la suite d’épisodes pluvieux : ils persistent probablement dans les parcelles (en particulier cultures sèches) et sont lessivés par les pluies.

Avec une concentration moyenne annuelle de l’ordre d’1 microgramme/litre, on peut évaluer l’apport annuel de bentazone (matière active) par le canal du Fumemorte à une centaine de kilogrammes par an dans le Vaccarès …

 

Somme des pesticides :

Cet indicateur préconisé par le système d’évaluation de la qualité de l’eau (SEQ-Eau/Agence de l’Eau) met en évidence la faible contamination du Rhône et du canal du Japon (eau d’irrigation), la forte à très forte contamination des canaux de drainage (Fumemorte et Versadou) et la contamination moyenne des étangs qui reçoivent ces eaux de drainage : les étangs sont la plupart du temps plus contaminés que le Rhône.

 

Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP) :

Ils sont présents dans les trois compartiments (Rhône, canaux et étangs) de façon irrégulière, parfois en concentrations inquiétantes (jusqu’à 15 fois la NQE pour le benzo (ghi) pérylène dans l’étang de la Dame en 2013). Leur origine est essentiellement atmosphérique et rhodanienne et ils sont liés aux processus pyrolytiques (combustion du gas-oil en particulier)

 

Autres contaminants :

La plupart proviennent probablement du Rhône et n’ont à priori pas d’usage agricole.

Certains comme le formaldéhyde peuvent être présents en concentration élevée (valeur supérieure à la NQE)

 

Métaux :

Certains présentent en période rizicole (avril/septembre) des concentrations inquiétantes dans les étangs (Arsenic, Chrome, Nickel) et peuvent même dépasser leur NQE[1] (Cuivre)

 

Nutriments :

On observe en période rizicole et après des grosses pluies des effets de concentration dans les étangs en dérivés azotés et phosphorés, susceptibles d’y déclencher des crises distrophiques.

 

  • Contact
Yves Chérain
04 90 97 09 33
Société Nationale de Protection de la Nature
Réserve Naturelle Nationale de Camargue

 

Crédit photo : S. Arquès/TDV



[1] pour un polluant, la PNEC (Predicted No Effect Concentration – concentration sans effet prévisible) est une des composantes utiles à la détermination d’une Norme de Qualité Environnementale (NQE), définie comme la «concentration d’un polluant ou d’un groupe de polluants dans l’eau, les sédiments ou le biote qui ne doit pas être dépassée, afin de protéger la santé humaine et l’environnement » (DCE 2000/60/EC)